"L'entrée dans le monde", le père goriot de balzac

Pages: 7 (1694 mots) Publié le: 22 mai 2011
Balzac, Le Père Goriot, 1834
Troisième extrait : « L’entrée dans le monde »

Plan :
|I- La technique du récit |
|1) Récit organisé en fonction du héros |
|2)Le regard démystificateur (qui enlève toute grandeur) |
|II- La peinture sociale, 1ère place des femmes dans cette société pr les hommes qui veulent réussir |
|Fonction de méditation de l’initiatrice : Mme de Beauséant|
|La promotion sociale pour les jeunes gens est assurée par le succès féminin |
|Un rôle très réduit pour les hommes |
|III- Une peinture psychologique|
|Le jeu de la séduction amoureuse : les rapports entre Delphine et Eugène |
|La psychologie de Rastignac |
|Lelendemain : le retour au réel très brutal |

Introduction : R. est plein d’ambition mais il n’a pas le sou. Il va chercher des conseils auprès d’un pensionnaire de la maison Vauquer du nom de Vautrain. Mais il est choqué par les mots crus qu’il emploie, les idées qu’il affiche et par son analysede la société. Par conséquent il ira chercher conseil auprès de sa cousine, Mme de Beauséant. Celle-ci lui affirme « Voyez-vous, vous ne serez rien si vous n’avez pas une femme qui s’intéresse à vous » « il vous la faut jeune, riche, élégante ». Sur ces conseils il entreprend de faire la cour à Delphine de Nucingen (la seconde fille du père Goriot) à l’opéra, au théâtre des italiens. Il la délivred’une dette à l’égard de son amant De Marsey et entre ainsi dans ses grâces. Dans cet extrait, il la retrouve au bal.
Intérêt : document sur le rôle des femmes dans la soc. et montre à quel point R. est naïf et doit achever son éducation.

I- La technique du récit

1) Récit organisé en fonction du héros
Ce récit n’a pas pour but de raconter le bal : il ne retient que les élémentsconcernant R. L’hôtesse n’est présentée que dans l’accueil qu’elle lui réserve (l.2et 3). Delphine n’est présentée que dans ses rapports avec R. (l. 3 à 5) « Pour mieux plaire à Eugène » + l.15à 17.
De même pour les jeunes gens (l.18-19) on a uniquement les réactions qu’ils éprouvent envers Rastignac.
->R. est l’unité du récit. On peut dire qu’on est dans un récit psychologique : Ce qui intéresseBalzac c’est de raconter les réactions psychologiques du héros mais la focalisation n’est pas interne, la réalité n’est pas décrite du point de vue de R.
Focalisation zéro -> Balzac a un regard de juge sur R.
2) Le regard démystificateur (qui enlève tte grandeur)
l.13-14 « les 1ers plaisirs de la fatuité » : regard de juge, le narrateur montre la vanité, l’orgueil du personnage, R. ne triomphepas sur sa valeur propre (il n’est que le neveu de Mme de Beauséant).
l.21 « les charmes d’un brillant débuts » mots forts, tendance à l’exagération
l.23 « jusque ces vieux jours » exagération
-> le narrateur veut rompre le charme et ramener R. à la réalité.

-(l.24) Le sourire sardonique ->ironie volontairement méchante de Vautrain. Effet de redondance sur le jugement que le narrateur vient...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Incipit du père goriot, balzac
  • Balzac le père goriot
  • Exposé "le père goriot de balzac"
  • Balzac
  • questionnaire Père Goriot de Balzac
  • Le père goriot- honoré de balzac
  • Balzac
  • Honoré de balzac, le père goriot, biographie du père goriot

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !