L'exigence de justice a-t-elle sa place dans les rapports économiques ?

1758 mots 8 pages
Editions Hatier
© Hatier 1
1. La justice a naturellement sa place dans l’économie1
A. L’économie comme satisfaction des intérêts individuels
On peut définir l’économie comme “ la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre les fins et les moyens rares à usage alternatif ”, selon la formule de l’économiste L. Robbins dans son Essai sur la nature et la signification de la science économique (1947). Ce faisant, l’auteur se situe dans la filiation des “ néoclassiques ” ou “ marginalistes ”, qui développent à partir de la fin du XIXe siècle une économie sur le modèle des sciences physiques, à la fois pure, abstraite et déductive. Dans cette perspective, l’économie est comprise comme la science de la satisfaction des besoins individuels : elle permet l’affectation optimale (la meilleure possible) des ressources disponibles aux différents usages possibles.
Ce faisant, l’économie appréhende l’homme comme “ homo economicus ”, c’est-à-dire strictement gouverné par le principe de rationalité. Fondement majeur de la science économique, ce principe consiste à rechercher la réalisation d’un objectif en utilisant au mieux les moyens dont on dispose. Articulée autour de ce principe, l’économie (c’est-à-dire à la fois la science économique et son objet) permet donc à l’homme, entendu comme “ homo economicus ”, de satisfaire au mieux ses désirs. Dès lors, s’il est juste que chaque individu voit ses désirs satisfaits, on comprend que les rapports économiques fassent naturellement place à la justice. Mais ceux-ci ont ici un contenu encore bien abstrait : dans cette conception de l’économie, qui se veut à la fois descriptive et normative, les hommes sont conçus tels des atomes gouvernés chacun par une même rationalité et un même but.
B. L’économie comme garantie du bien-être collectif
Le lien entre économie et justice demande donc à être approfondi : l’économie ne fait pas seulement place à la justice en satisfaisant au mieux les besoins

en relation

  • Phylo
    1148 mots | 5 pages
  • La justice et le droit
    4813 mots | 20 pages
  • Le prononcé du jugement par la mise à disposition au greffe
    2900 mots | 12 pages
  • LA NORMATIVIT DE LA LOI
    2861 mots | 12 pages
  • Cour philo
    2895 mots | 12 pages
  • droit de l'ue
    9090 mots | 37 pages
  • Sphère réelle et sphère monétaire
    1116 mots | 5 pages
  • Sujet de philo possible en rapport avec la science
    369 mots | 2 pages
  • Action associatif
    45892 mots | 184 pages
  • Droit processuel 1
    43920 mots | 176 pages