L'homme, animal politique

Pages: 12 (2836 mots) Publié le: 5 janvier 2014
 L’homme, animal politique ?
Expression d’Aristote dans « Les Politiques », « zohan politiken ». L’homme est un être fait pour la politique et donc pour la vie sociale. L’expression « fait pour » montre un certain finalisme : c’est une compréhension de la nature qui s’oppose au mécanisme individuel et développe en visant de manière anticipée une finalité. Un être passe à alors de la puissance àl’acte. L’homme est un homme avec pleins de capacités et de potentiel. Ses potentialités se développent en société. D’une certaine manière c’est encore ce qui est contenu dans l’idée de progrès, l’Humanité développe peu à peu son potentiel en allant vers le meilleur aussi bien au niveau de l’individu que celui de l’espèce.
I. La conception Aristotélicienne de la communauté politique
Texted’Aristote
Toute communauté vise un certain bien, c’est une affirmation finaliste. Aristote donne une définition extrêmement ouverte de la communauté : couple, famille, maitre/esclave, village. La communauté qui englobe toute les autres : la cité.
Cette communauté englobante est celle qui vise le bien le plus significatif : le souverain bien. Si l’existence humaine doit avoir un sens, cela passeraforcement par la politique.
Dans le premier paragraphe, Aristote suggère que la communauté politique est extrêmement complexe et imprévisible : elle englobe tous les problèmes innombrables que véhiculent la vie sociale (interactions des intérêts privés) et qui rend difficile l’émergence de cette vérité politique.
Ce flou volontaire sur l’idée de communauté explique que l’on ne puisse pasrencontrer chez Aristote l’idée plus moderne du contrat social (acte collectif, artificiel, conventionnel, constitution d’une communauté politique.) Chez Aristote, le passage des communautés élémentaires les plus naturelles à la communauté politique doit se comprendre comme un passage graduel, progressif et donc naturel.

La première communauté élémentaire est l’Homme et la Femme et le bien qui lespousse l’un vers l’autre se caractérise déjà par une ambiguïté fondamentale, d’un point de vue finaliste, ce bien c’est la procréation.
Aristote suggère que cette finalité


b. L’état de nature comme état de guerre
Dans les théories modernes du contrat social, l’état de nature désigne une situation pré politique dans laquelle les hommes vivent sans Etat, sans pouvoir politique et sansorganisation sociale.la description d’une telle situation permet de comprendre quels sont les enjeux fondamentaux qui sont à l’œuvre dans la constitution d’une communauté, quelles sont les motivations du contrat social.
Il y a plusieurs définitions de l’état de nature selon les hypothèses qu’on y place. Pour Hobbs, à l’état de nature les Hommes sont déjà en contact les uns avec les autres, c’est un étatou les relations sociales existent déjà d’une certaine manière. Rousseau pour sa part, élaborera un état de nature plus fictif et plus originel dans lequel les hommes vivent seuls avec la nature. On pourrait dire que Rousseau pense un état de nature idéal alors que Hobbs est plus réaliste et pragmatique. La thèse centrale de Hobbs concernant un état de nature qui se défini essentiellement parl’absence de pouvoir commun et qu’il s’agit nécessairement d’un état de guerre, c’est une guerre « de chacun contre chacun ». Cette affirmation tient à la description des « passions naturelles » de l’Homme qui se développent dans cette situation : la rivalité, la méfiance, la fierté/l’honneur/la gloire. L’état de nature est un état d’égalité fondamental des Hommes même s’ils n’ont pas les mêmes facultésphysiques ou intellectuelles, la possibilité de ruse, traitrise ou d’alliance, annule ces inégalités de facultés.
De cette égalité fondamentale, Hobbes déduit d’abord la méfiance et la rivalité, chaque homme voit ses semblables comme des ennemis potentiels disposant des mêmes moyens que lui. Pour Hobbs on ne peut rien entreprendre dans une situation où tout le monde se méfie de tout le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'homme est il un animal politique?
  • L'homme est un animal politique
  • l'homme un animal politique
  • L'homme est un animal politique
  • L'homme est un animal politique
  • L'homme est un animal politique
  • Dans quels sens peut-on dire que l’homme est un animal politique ?
  • Piste dissert : l'homme n'est-il qu'un animal politique ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !