L'homme aux couteaux entre les dents (raoul cabrol): une caricature d'adolf hitler

650 mots 3 pages
Pour cette affiche, il s’agit d’une affiche électorale, une caricature créée par Raoul Cabrol, un dessinateur et journaliste caricaturiste français né en 1895 à et mort en 1956 à Quincy-sous-Sénart. Cette affiche est actuellement conservée au musée d’histoire contemporaine à Paris. Cabrol crée cette caricature en 1936, la veille des élections législatives en France. Elle est produite en série et apparait dans le « Populaire », un journal communiste pour lequel Raoul travaille. L’affiche électorale est créée pour inciter les gens à voter pour le «Front Populaire », une coalition de partis de gauche réunissant les trois principaux partis de la gauche, la SFIO (Section française de l’Internationale communiste), le Parti radical-socialiste et le Parti communiste. Le Front Populaire veut empêcher la France d’entrer en guerre lors de la montée en puissance de l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler. Les élections législatives vont ensuite donner la victoire au Front Populaire qui gouvernera la France de 1936 à 1938. Cabrol sera poursuivi par la Gestapo, la police allemande, pour la création de cette caricature.
Dans cette caricature, en gros plan, on peut voir la tête d’Adolf Hitler, fondateur du nazisme et dirigeant de l’Allemagne nazie, avec un couteau entre les dents, et qui a l’air violent et furieux. La moustache d’Hitler est remplacée par l’aigle impériale allemande, et ses pupilles par des svastikas, symboles officiels du nazisme. Sa frange est très exagérée, ses traits sont complètement déformés. Il y a du sang sur la lame du couteau. Les couleurs dominantes sont le noir et le rouge, qui mettent en valeur le sang, le nez et les oreilles d’Hitler, les svastikas et l’aigle. Le slogan de cette affiche est aussi mis en valeur : « Contre ça! Votez communiste ! » . L’image parait plutôt plate, même si la tête d’Hitler ressort un peu par rapport au texte, ceci donne un effet de profondeur très léger. Cabrol a fait attention à séparer le texte de la tête, vu que les mots «

en relation