L'homme et l'histoire

Pages: 37 (9042 mots) Publié le: 13 mars 2013
Mon année de philosophie
Blog officiel du WebPédagogique pour réussir son bac de philo
* À propos
* C’est pas faux!
* ECJS TermS
* Jukephilobox

L’histoire (et le temps)
L’histoire
Introduction: Raymond Aron(1905.1983) “l’homme est à la fois sujet et objet de la connaissance historique” Doc. p. 328
Cet historien par cette phrase souligne que l’homme a une histoire, undevenir dans le temps et fait aussi de l’histoire, de l’historiographie en tant qu’historien. L’homme n’a pas simplement comme tout ce qui est et devient, une temporalité ( fait d’être dans le temps, soumis au temps et son érosion) , il a une historicité. Il a une histoire, c’est-à-dire qu’il devient dans le temps mais en ayant conscience d’être dans le temps, en étant cause entière ou partielle deschangements qui forment son devenir ( ce qui n’est pas le cas des objets et même de la Nature, dont le devenir est le résultat nécessaire de lois) et aussi sans doute en ayant une certaine représentation du temps comme linéaire, tridimentionnel- avec un passé, un présent et un futur-, ce qui présuppose d’avoir rompu avec une conception cyclique du temps, qui est celle des sociétés “primitives” outraditionnelles, “sans histoire” dans le sens où le présent n’est que la répétition d’un passé immémorial. (cf. document p.348)
Et si l’homme a une histoire, c’est aussi sans doute parce qu’il fait de l’histoire, c’est-à-dire étudie son passé, pour en faire un récit véridique. “La conscience du passé est constitutive de l’existence historique” disait en ce sens Aron. Sans faire de l’histoire,l’homme serait prisonnier du présent, prisonnier d’un comportement instinctif, incapable de réagir, d’évoluer,d’anticiper.” L’histoire est pour l’espèce humaine, ce que la raison est pour l’individu” selon Schopenhauer.
Mais dire que l’homme est à la fois sujet ( historien) et objet ( objet d’étude) de la connaissance historique, c’est poser la question de la scientificité de l’histoire! Comment avoir ladistance critique nécessaire à un examen objectif, si c’est moi-même que j’étudie, si l’objet d’étude est l’humain avec sa liberté, déjouant nécessité et prévisions?
I. La connaissance historique
A. l’intérêt pour le passé
On pourrait en effet naïvement pensé que le passé est sans intérêt, car n’est plus, seul l’actuel devrait susciter notre intérêt. Pourtant, le passé nous intéresse et celaparce que selon NIetzsche, dans la seconde considération inactuelle,
1. parce que l’homme conserve et vénère: nous avons besoin de connaître notre passé parce que grâce à lui, nous avons le plaisr d’être “le fruit de…”. Avoir un passé, c’est avoir une identité aussi bien individuelle que collective ( “les vivants sont toujours gouvernés par les morts” selon A. Comte et “la vraie sociabilitéconsiste plus dans la continuïté successive que dans la solidarité actuelle”). Avoir un passé, c’est s’inscrire dans une filiation, qui donne un sens à notre existence, qui apparaît moins contingente, c’est être un héritier avec un héritage à transmettre. On peut aussi penser à un devoir de mémoire, à une dette envers le passé. Il y a enfin la nostalgie, l’amour des vieilles pierres. Ceci va donnerl’histoire traditionnaliste.
2. parce que l’homme est actif et aspire: il va chercher dans le passé des leçons, des modèles, des encouragements. Ce sont les grands hommes et évènements qui tracent une “ligne de faîte de l’humanité”. Etudier le passé, c’est aussi prendre acte qu’il est passé, on peut comparer le travail historique au travail psychanalytique. On se remémore, pour cesser decommémorer. C’est donc libérer le présent pour une action neuve, et en même temps comprendre par ses causes, ce présent. Ceci va donnet l’histoire monumentale.
Mais pour Nietzsche, “trop d’histoire tue l’homme”, il peut y avoir excès:
1. l’histoire traditionnaliste peut tourner à “la manie de l’antiquaille”. On n’aime que le vieux, on est incapable de voir le neuf. On s’avance alors dans le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Est ce l'homme qui fait l'histoire ou l'histoire qui fait l'homme ?
  • L’homme est-il le maître de l’histoire?
  • L'homme est-il sujet ou objet de l'histoire ?
  • L'homme tire-t-il des leçons de l'histoire ?
  •  Pour l’imaginaire célinien, du massacre de la guerre à la mort de robinson, toute l’histoire de bardamu, toute l’histoire...
  • l'histoire
  • L'histoire
  • L'histoire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !