L'homme face à la technique ou la dénaturation de masse

Pages: 12 (2916 mots) Publié le: 2 juin 2011
s

L'homme face à la technique
ou la dénaturation de masse

par moi
Choc. Au détour d'une bande dessinée, sans grand intérêt, du moins quand on pas le banquier de l'éditeur, qui méprise autant l'auteur, décédé, paix à son âme, son œuvre, plus que jamais vivante, et le lecteur, légume lobotomisé, on tombe nez à nez avec cette planche. Elle a au moins le mérite de réveiller le lecteur,comatant, grâce à son rouge sang. Mais elle fait plus: elle le déroute. Il la relie, se demande si elle a sa place dans un album plus souvent voué à la gaudriole bureaucratique, qu'à l'expression politique. Pour la troisième fois ses yeux balaient la page. Il ne rie toujours pas, ou jaune. Il la trouve même d'une violence extrême. Le lecteur, pas méfiant pour deux sous, vient juste de se fairefusiller par le génie réuni d'André Franquin et d'Yvan Delporte qui nous transperce de part en part, et nous fait surtout réfléchir. Quel peut bien être le sombre crétin qui s'en prend ainsi au plus inoffensif, au plus amical, au plus humain des héros (même si ce qualificatif n'est pas des mieux appropriés pour parler de Gaston Lagaffe). C'est personne. Ou plutôt n'importe qui. C'est l'armée, lajustice, les scientifiques, la population. C'est l'humanité qui maltraite Lagaffe. Le tout servi par un dessin de Franquin, assez déconcertant dans un album du héros sans emploi. Il se révèle plus proche de son travail entrepris dans les Idées Noires, et dans Fluide Glaciale, dans lesquels l'inventeur de Spirou se plait à railler sans complaisances les faiblesses humaines grâce à un humour noir féroceet dévastateur. On retrouve ici, les ombres et les silhouettes, très noires, présageant du funeste destin du protagoniste. Et s'il ne travaille pas en noir et blanc, c'est pour mieux pouvoir inonder la page de ce rouge, de ce sang, symbole de la souffrance et de l'horreur que subi Gaston.

Au vue de ces dessins, une question se pose: qui sommes nous pour faire ou laisser faire cela. D'ailleursquand il se réveille de ce cauchemar, Lagaffe nous prend à partie, nous enjoins d'agir. Il faut arrêter cela, car ce n'est humainement pas possible, ni tolérable. On remarquera toute l'ingéniosité de l'espèce humaine mise en œuvre pour faire le mal autour de lui, qui transparaît sous le pinceau de Franquin. Violence physique, torture, viol, mise à mort sur la place de Grève. Mais aussi violencemorale grâce à l'internement, au chantage, à l'humiliation....
Quelle inventivité !! Et encore Franquin ne disposait que de six cases !! Six case, six techniques toutes aussi redoutables les unes que les autres. Du geste provenant directement de l'âge des cavernes, aux méthodes "subtiles" de mises à mort, encore en vigueur de nos jours chez l'oncle Sam. C'est tout simplement magnifique de voircomment l'homme peut s'emporter quand le progrès lui offre le moyen de développer tout son esprit sadique, de voir que ce que l'on prend pour être une avancée, peut se révéler être d'un primitivisme fou. Et comment l'homme parvient à se dénaturer face à une technique qui le dépasse et l'aliène. Parfois sans même qu'il en ait conscience.

Conscience, le mot qui fâche. L'homme n'est il pas unanimal doué de conscience ? Dans le sens qu'il est sensé pouvoir distingué le bien du mal. Et s'il n'a plus de conscience, l'homme, pompeusement installer dans son fauteuil Louis XV, sa casse lamentablement la figure de l'échelle de l'évolution (un mot de registre vulgaire aurait du trouver sa place ici). Il redevient animal. Prenons un exemple: combien de personne prenne la voiture le matin alorsqu'ils en auraient pour 10 minutes à pieds ? Pourtant, un imbécile, quasi aveugle à force de vouloir lire un prompteur qui est décidément écrit beaucoup trop petit, leur rappel quasi quotidiennement sur le coup des 13 heures, que le pétrole c'est bientôt fini, que ça pollue... Mais l'homos televisus a perdu depuis bien longtemps la faculté de réfléchir.
La possibilité technique le dédouane de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'homme face à la nature
  • l'homme face à la planète
  • De la faiblesse de l'homme face à la nature
  • L'homme cartésien en face à sa divinité
  • L'homme face à la question de la vérité
  • L'homme est-il libre face à dieu ?
  • L’homme n’est pas libre face au progrès technique
  • La technique peut-elle nuire à l'homme ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !