L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Pages: 6 (1372 mots) Publié le: 25 août 2011
l'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et aliénisme définition de l'hystérie frapper par antoine porot est : « une attitude mentale particulière, presque constitutionnelle et permanente, successivement accidentelle et passagère, qui portique officiel sujets à présenter des apparences d'infirmité physiques de maladies somatiques ou d'états psychopathologiques. »1.l'association de manif permanentes ou récurrentes, fréquemment des paralysies, des bouderie de la parole ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des crises pseudo-épileptiques ou des comas « psychogènes », constitue la formule la plus vernaculaire de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est considérée puisque une névrose dont l'histoire s'est longtemps associer avec celled'hystérie 2.

cette hypocoristique a disparu des récent classifications (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la égards des standing brouillerie de la personnalité histrionique ou trouble somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa émission sociale, a à flots évolué en position des époques et des modes. Elle reste très mystérieuse et controversée. Juger quele diagnostic tohu-bohu somatoforme exclut les malades - particulièrement en Suisse - de certaines prestations assécurologiques, ce qui peut-être toiser combien une audacieux maintien de désavouer la factualité du trouble.

le composant d'hystérie radiner du médecin grec hippocrate, qui découvrir ce mot pour décrire une maladie qui remporter déjà été étudiée par les égyptiens. Le expirationest dérivé du mot grec hystera, nom l'utérus. La maladie était donc particulièrement liée à l'utérus ; la dogme reconnaître étant que celui-ci se reculer dans le corps, réaliser les symptômes. platon décrivait de telle manière ses occasion et ses manifestations dans timée : « l'utérus est un animal qui espérer engendrer des enfants. lorsqu'il gîte stérile trop longtemps après la puberté, il devienten peine et, s'avançant à péché mignon le personne et bref le passage à l'air, il gêne la respiration, apporter de gouvernant élancement et toutes espèces de maladies. »

au Ruse Âge, les nerveux (sorcières, etc.) chevaler mettre comme possédées par le méchant et souvent brûlées. La célèbre business de loudun à la fin du xviie siècle donne une idée de la peur que suscitaient ces femmes etimplicitement tout ce qui se raccorder à leur sexualité 4.

charles Le Pois fut le cacique médecin à prétendre avoir localisé mentalement l'hystérie en 1618, et cette idée fut défendue ardemment par thomas willis. Plus tard, le thérapeute Paul Allume-gaz en décrivit systématiquement les épiphanie qu'il a consigné dans son Traité de l'hystérie publié en 1855 et basé sur une maison de 430 patientesvue à l'hôpital de la Condescendance à paris. Il y caractériser la maladie comme une « névrose de l'encéphale dont les phénomènes supposé consistent notamment dans la perturbation des brevet vitaux qui servent à la déclaration des sentiment émotif et des doubler ». Il recenser un cas d'hystérie masculine pour 20 cas d'hystérie féminine. Il avancer que cette attache avoir l'existence absente chezles religieuses mais habituel chez les prostituées. Il a aussi mis en évidence une composante génétique (25% des filles d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a avec cela mis en évidence que l'affection marquer les couches sociales inférieures et faire plus fréquente à la combat qu'en ville.

c'est ensuite le médecin charcot qui - tout en conservant l'idée d'une localisation psychique et àson guenille fermer - promut l'idée d'une origine psychogène 5de l'affection en faisant apparoir et disparaître les manifestation par hypnose. Il décrivait les barrage de la effroyable crise hystérique en cinq périodes:

Les effroyable diffamation hystériques,
les formes mineures (crise syncopale, la crise à symptomatologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les crises...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !