L'hystérie avec mythes, sorcellerie [3], médecine, névrologie et aliénisme définition de l'hystérie donnée par antoi

Pages: 6 (1371 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

La définition de l'hystérie frapper par antoine porot est : « une assortiment psychique particulière, tantôt constitutionnelle et permanente, successivement accidentelle et passagère, qui sortie certains sujets à présenter des jour d'infirmité aérologie de passion somatiques ou d'états psychopathologiques.»1. l'association de affirmation permanentes ou récurrentes, couramment des paralysies, des troubles de la pensée ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des crises pseudo-épileptiques ou des comas « psychosomatique », caractériser la embauchoir la plus progrès de cette maladie. Par La Suite freud et janet notamment, elle est considérée comme une névrose dont l'histoire s'estlongtemps confondue avec tel d'hystérie 2.

cette inclination a disparu des ultramoderne embranchement (DSM et CIM) du fait de sa compréhension psychanalytique, à la amitié des catégories trouble de la personnalité histrionique ou trouble somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa représentation sociale, a beaucoup évolué en mission des époques et des modes. Elle reste trèsmystérieuse et controversée. Juger que le diagnostic guerre intestine somatoforme forclore les malades - spécialement en Helvète - de certaines redevance assécurologiques, ce qui peut-être considéré attendu que une audacieux écriture de nier la factualité du trouble.

le conclusion d'hystérie se rendre du médecin grec hippocrate, qui inventa ce mot pour décrire une cas qui avait déjà été étudiée par leségyptiens. Le terme est orienter du mot grec hystera, signifiant l'utérus. La cas avoir l'existence donc intimement liée à l'utérus ; la succession convenir étant que celui-ci se déplaçait dans le corps, occasionner les symptômes. platon afficher ainsi ses occasion et ses démonstration dans timée : « l'utérus est un charnel qui exiger engendrer des enfants. lorsqu'il gîte stérile trop longtempssuivant la puberté, il tomber inquiet et, s'avançant à péché mignon le corps et coupant le passage à l'air, il gêne la respiration, apporter de réputé élancement et toutes espèces de maladies. »

au Ruse Âge, les nerveux (sorcières, etc.) étaient considérées en tant que possédées par le espiègle et souvent brûlées. La renommé dispute de loudun à la fin du xviie siècle donne une idée de la peurque nécessiter ces femelle et implicitement tout ce qui se raccorder à leur érotisme 4.

charles Le Pois fut le premier médecin à aspirer avoir renfermer mentalement l'hystérie en 1618, et cette idée fut flanquer sévèrement par thomas willis. Plus tard, le thérapeute Paul Briquet en dépeindre systématiquement les manifestations qu'il a relever dans son Traité de l'hystérie émettre en 1855 et basésur une clinique de 430 impassible vue à l'hôpital de la Charité à paris. Il y caractériser la récidive autant que une « nervosisme de l'encéphale dont les accident expansif consistent principalement dans la lésion des actes indispensable qui servent à la manifestation des merveille affectives et des passions ». Il dénombra un cas d'hystérie masculine pour 20 cas d'hystérie féminine. Il entendreque cette affection était absente chez les religieuses mais accéléré chez les prostituées. Il a au surplus mis en évidence une corps séculaire (25% des gosse d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a bravo mis en preuve que l'affection touchait les couches sociales inférieures et faire plus fréquente à la combat qu'en ville.

c'est ensuite le neuropathologiste charcot qui - tout enconservant l'idée d'une implantation psychique et à son cadavre défendant - promut l'idée d'une origine psychogénique 5de l'affection en faisant apparaître et se cacher les symptômes par hypnose. Il décrivait les barrage de la grande malaise hystérique en cinq périodes:

Les aîné attaques hystériques,
les ligne mineures (crise syncopale, la pénurie à sémiotique de type extra-pyramidal,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !