L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Pages: 6 (1364 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie entre mythes, prestige [3], médecine, neurologie et aliénisme définition de l'hystérie frapper par antoine porot est : « une assortiment psychisme particulière, tantôt parlementaire et permanente, tantôt accidentelle et passagère, qui portique certains sujets à présenter des apparences d'infirmité physiques de chancre organique ou d'états psychopathologiques. »1. l'association dedéploiement éternel ou récurrentes, maintes fois des paralysies, des lésion de la parole ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des crises pseudo-épileptiques ou des comas « psychogénétique », assurer la embauchoir la plus courante de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est estimer comme une névrose dont l'histoire s'est longtemps stupéfier avec celle d'hystérie 2.cette affection a disparu des ultramoderne délimitation (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la faveur des délimitation trouble de la autonomie histrionique ou soulèvement somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa représentation sociale, a beaucoup évolué en fonction des époques et des modes. Elle os très renfermé et controversée. Notons que le jugementtrouble somatoforme exclut les malades - notamment en Suisse - de certaines prestations assécurologiques, ce qui peut-être révérer combien une in maintien de nier la réalité du trouble.

le conclusion d'hystérie radiner du toubib grec hippocrate, qui inventa ce mot pour expliquer une cas qui avait déjà été répéter par les égyptiens. Le trimestre est dérivé du mot grec hystera, significatif l'utérus.La maladie se rencontrer donc intimement liée à l'utérus ; la théorie admise étant que celui-ci se déplaçait dans le corps, créant les symptômes. platon évoquer de même ses causes et ses marche dans timée : « l'utérus est un charnel qui exiger engendrer des enfants. lorsqu'il toit stérile trop longtemps après la puberté, il devient préoccupé et, s'avançant à travers le troupe et bref le chemin àl'air, il gêne la respiration, apporter de grandes souffrances et toutes qualité de maladies. »

au Cause Âge, les nerveux (sorcières, etc.) assurer estimer également possédées par le diable et souvent brûlées. La célèbre industrie de loudun à la fin du xviie hégire distribution une idée de la peur que suscitaient ces donzelle et tacitement tout ce qui se raccorder à leur érotisme 4.

charlesLe Pois fut le principal carabin à aspirer avoir circonscrire mentalement l'hystérie en 1618, et cette idée fut défendue âprement par thomas willis. Plus tard, le médicastre Paul Feu en peindre systématiquement les manifestations qu'il a renfermer dans son Régler de l'hystérie publié en 1855 et basé sur une diagnostique de 430 impassible vue à l'hôpital de la Bienveillance à paris. Il ycaractériser la indisposition autant que une « névrose de l'encéphale dont les phénomènes expansif se trouver singulièrement dans la cafouillage des actes vitaux qui servent à la poussée des sensations émotif et des rallier ». Il compter un cas d'hystérie masculine pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette affection était absente chez les fille mais accéléré chez les prostituées. Il a aussi misen évidence une composante héréditaire (25% des filles d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a bravo mis en flagrance que l'affection touchait les layette sociales inférieures et était plus fréquente à la campagne qu'en ville.

c'est par la suite le neurologue charcot qui - tout en conservant l'idée d'une localisation psychologique et à son corps défendant - promut l'idée d'une racinepsychogène 5de l'affection en faisant apparaître et périr les manifestation par hypnose. Il décrivait les manifestations de la grande malaise fou en cinq périodes:

Les considérable attaques hystériques,
les formalité mineures (crise syncopale, la pénurie à symptomatologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les crises tétaniformes),
les condition crépusculaires et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !