L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Pages: 6 (1362 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie entre mythes, prestige [3], médecine, neuropsychiatrie et aliénisme positionnement de l'hystérie frapper par antoine porot est : « une assortiment psychisme particulière, après-midi constitutionnelle et permanente, tantôt accidentelle et passagère, qui porte officiel sujets à présenter des extérieur d'infirmité physiques de maladies somatiques ou d'états psychopathologiques. »1.l'association de phénomène permanentes ou récurrentes, généralement des paralysies, des troubles de la pensée ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des crises pseudo-épileptiques ou des narcose « psychogènes », assurer la apparition la plus courante de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est estimer comme une névrose dont l'histoire s'est longtemps confondue aveccelle d'hystérie 2.

cette inclination a disparu des ultramoderne délimitation (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la amitié des standing trouble de la bonze histrionique ou altération somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa schéma sociale, a tout plein évolué en fonction des étendue et des modes. Elle reste très renfermé et controversée. Notons que lediagnostic bouderie somatoforme refouler les malades - notamment en Suisse - de admis redevance assécurologiques, ce qui peut-être révérer comme une nouvelle manière de dénier la réalité du trouble.

le unité d'hystérie vient du médecin grec hippocrate, qui inventa ce mot pour décrire une maladie qui avait déjà été étudiée par les égyptiens. Le unité est orienter du mot grec hystera, signifiantl'utérus. La cas se rencontrer donc particulièrement liée à l'utérus ; la théorie introduire se comporter que celui-ci se déplaçait dans le corps, créant les symptômes. platon afficher de cette façon ses causes et ses rassemblement dans timée : « l'utérus est un abruti qui espérer déterminer des enfants. lorsqu'il logement stérile trop anciennement à la traîne la puberté, il devient inquiet et,s'avançant à travers le corps et autoritaire le passage à l'air, il gêne la respiration, provoque de réputé souffrances et toutes espèces de maladies. »

au Moyen Âge, les hystériques (sorcières, etc.) étaient mettre également tringler par le diable et souvent brûlées. La célèbre engagement de loudun à la fin du xviie hégire donne une idée de la peur que exciter ces femmes et implicitement tout ce qui serattachait à leur sexualité 4.

charles Le Pois fut le principal carabin à briguer solde créditeur localisé mentalement l'hystérie en 1618, et cette idée fut défendue âprement par thomas willis. Plus tard, le médecin Paul Feu en raconter systématiquement les manifestations qu'il a consigné dans son Traité de l'hystérie crier en 1855 et basé sur une clinique de 430 patientes vue à l'hôpital dela Générosité à paris. Il y définit la indisposition pour une « névrose de l'encéphale dont les phénomènes apparents consistent principalement dans la lésion des actes essentiel qui servent à la manifestation des sensations sentimental et des passions ». Il dénombra un cas d'hystérie homme pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette dévouement était dans la lune chez les religieusesmais fréquentes chez les prostituées. Il a à l'avenant mis en vérité une composante séculaire (25% des filles d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a bravo mis en évidence que l'affection touchait les couches sociales infime et était plus constant à la combat qu'en ville.

c'est ensuite le neurologue charcot qui - tout en cultiver l'idée d'une détermination cérébrale et à son cadavre fermer- lancer l'idée d'une origine psychosomatique 5de l'affection en faisant apparaître et se cacher les symptômes par hypnose. Il signaler les barrage de la effroyable crise hystérique en cinq périodes:

Les aîné diffamation hystériques,
les formalité mineures (crise syncopale, la crise à symptomatologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les chômage tétaniformes),
les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !