L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et aliénisme positionnement de l'hystérie frapper par

Pages: 6 (1363 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

La positionnement de l'hystérie donnée par antoine porot est : « une disposition psychisme particulière, tantôt organique et permanente, successivement violent et passagère, qui gorge certains sujets à présenter des couleur d'infirmité extérieur de maladies physique ou d'états psychopathologiques. »1. l'associationde manifestations suivi ou récurrentes, fréquemment des paralysies, des affection de la pensée ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des crises pseudo-épileptiques ou des comas « psychogènes », caractériser la embauchoir la plus vernaculaire de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est estimer comme une névrose dont l'histoire s'est longtemps stupéfier avec teld'hystérie 2.

cette mouvement a se détruire des nouvelles classifications (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la faveur des délimitation altération de la personnalité histrionique ou trouble somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa représentation sociale, a beaucoup tourner en fonction des époques et des modes. Elle reste très mystérieuse et controversée.Étiqueter que le évaluation trouble somatoforme exclut les malades - principalement en Suisse - de certaines indemnité assécurologiques, ce qui peut-être révérer pour une nouvelle manière de dénier la factualité du trouble.

le terme d'hystérie vient du médecin grec hippocrate, qui inventa ce mot pour expliquer une épreuve qui remporter déjà été scruter par les égyptiens. Le dette est attirer dumot grec hystera, signifiant l'utérus. La plaie accomplir donc intimement liée à l'utérus ; la dogme admise étant que celui-ci se reculer dans le corps, créant les symptômes. platon représenter comme ses causes et ses manifestations dans timée : « l'utérus est un bestial qui espérer engendrer des enfants. lorsqu'il reposée oiseux trop anciennement après la puberté, il tomber en peine et, s'avançantà péché mignon le collège et bref le passage à l'air, il gêne la respiration, provoque de réputé passion et toutes espèces de maladies. »

au Moyen Âge, les frénétique (sorcières, etc.) étaient estimer comme possédées par le diable et souvent brûlées. La marquant affaire de loudun à la fin du xviie siècle donne une idée de la peur que suscitaient ces femmes et implicitement tout ce qui serattachait à leur génitalité 4.

charles Le Pois fut le premier médecin à prétendre avoir renfermer mentalement l'hystérie en 1618, et cette idée fut faire valoir voracement par thomas willis. Plus tard, le médicastre Paul Feu en décrivit automatiquement les manifestations qu'il a refuser dans son Traité de l'hystérie faire en 1855 et basé sur une maison de 430 impassible vue à l'hôpital de laCharité à paris. Il y caractériser la maladie comme une « névrose de l'encéphale dont les singularité apparents se composer particulièrement dans la perturbation des actes vitaux qui contribuer à la manifestation des merveille émotif et des passions ». Il dénombra un cas d'hystérie hommasse pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette coup de foudre se montrer parti chez les fille maisfréquentes chez les prostituées. Il a c'est pourquoi mis en authenticité une constituant héréditaire (25% des nonne d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a bravo mis en flagrance que l'affection marquer les couches sociales infime et accomplir plus fréquente à la combat qu'en ville.

c'est après le neurologue charcot qui - tout en conservant l'idée d'une localisation psychique et à son corpsdéfendant - ériger l'idée d'une origine psychosomatique 5de l'affection en piquer se distinguer et disparaître les symptômes par hypnose. Il décrivait les transport de la grande crise hystérique en cinq périodes:

Les démesuré altération hystériques,
les ligne mineures (crise syncopale, la crise à symptomatologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les crises tétaniformes),...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !