L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et aliénisme définition de l'hystérie frapper par

Pages: 6 (1358 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

La positionnement de l'hystérie donnée par antoine porot est : « une attitude mentale particulière, tantôt organique et permanente, tantôt passager et passagère, qui portique fondé sujets à mettre en valeur des couleur d'infirmité extérieur de passion organique ou d'états psychopathologiques. »1. l'association deaffirmation permanentes ou récurrentes, continuellement des paralysies, des bouderie de la parole ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des redoublement pseudo-épileptiques ou des comas « psychogénétique », constitue la forme la plus courante de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est considérée comme une névropathie dont l'histoire s'est au long associer aveccelle d'hystérie 2.

cette affection a disparu des ultramoderne embranchement (DSM et CIM) du fait de sa compréhension psychanalytique, à la égards des délimitation aveuglement de la bonze histrionique ou soulèvement somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, inséparable de sa représentation sociale, a beaucoup tourner en fonction des événement et des modes. Elle reste très indiscernable etcontroversée. Ficher que le jugement syncope somatoforme exclut les incommodé - particulièrement en Suisse - de certaines prestations assécurologiques, ce qui peut-être révérer comme une audacieux écriture de désavouer la réalité du trouble.

le terme d'hystérie croître du médecin grec hippocrate, qui inventa ce mot pour raconter une maladie qui avait déjà été étudiée par les égyptiens. Le terme estorienter du mot grec hystera, signifiant l'utérus. La maladie était donc particulièrement liée à l'utérus ; la théorie reconnaître se comporter que celui-ci se déplaçait dans le corps, occasionner les symptômes. platon décrivait ainsi ses occasion et ses manifestations dans timée : « l'utérus est un charnel qui désire déterminer des enfants. lorsqu'il logement maigre trop longtemps en dernier lieu lapuberté, il devient en peine et, s'avançant à fièvre le corps et coupant le artère à l'air, il gêne la respiration, apporter de réputé souffrances et toutes espèces de maladies. »

au Ruse Âge, les hystériques (sorcières, etc.) chevaler considérées également possédées par le diable et journellement brûlées. La marquant affaire de loudun à la fin du xviie siècle donne une idée de la peur quesuscitaient ces femmes et implicitement tout ce qui se rattachait à leur sexualité 4.

charles Le Pois fut le premier médecin à briguer avoir localisé mentalement l'hystérie en 1618, et cette idée fut défendue sévèrement par thomas willis. Plus tard, le médicastre Paul Feu en signaler automatiquement les épiphanie qu'il a consigné dans son Traité de l'hystérie publié en 1855 et basé sur unepolyclinique de 430 tolérant vue à l'hôpital de la Charité à paris. Il y décider la récidive comme une « nervosisme de l'encéphale dont les bizarre illusoire se composer principalement dans la perturbation des épisode indispensable qui servent à la manifestation des merveille affectives et des passions ». Il classer un cas d'hystérie homme pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette affectionconstituer absente chez les religieuses mais fréquentes chez les prostituées. Il a aussi mis en évidence une composante congénital (25% des filles d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a bis mis en flagrance que l'affection touchait les change sociales inférieures et était plus constant à la campagne qu'en ville.

c'est ensuite le neuropathologiste charcot qui - tout en conservant l'idéed'une localisation cérébrale et à son cadavre défendant - promut l'idée d'une racine psychosomatique 5de l'affection en faisant apparaître et se cacher les indice par hypnose. Il signaler les manifestations de la grande crise hystérique en cinq périodes:

Les effroyable attaques hystériques,
les formalité mineures (crise syncopale, la pénurie à symptomatologie de type extra-pyramidal,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !