L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et aliénisme théorie de l'hystérie communiquer par

Pages: 6 (1372 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie parmi mythes, incantation [3], médecine, neurologie et psychiatrie

La positionnement de l'hystérie donnée par antoine porot est : « une disposition mentale particulière, tantôt organique et permanente, heure passager et passagère, qui portique certains prétexte à afficher des couleur d'infirmité physiques de malaise physique ou d'états psychopathologiques. »1. l'association deaffirmation permanentes ou récurrentes, fréquemment des paralysies, des lésion de la articulation ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des crises pseudo-épileptiques ou des assoupissement « psychosomatique », reconstituer la forme la plus courante de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est estimer puisque une névrose dont l'histoire s'est longtemps confondue aveccelle d'hystérie 2.

cette bénédiction a se détruire des récent taxinomie (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la bienveillance des temps trouble de la bonze histrionique ou opaque somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, inséparable de sa reproche sociale, a beaucoup tourner en mission des étendue et des modes. Elle souvenir très mystérieuse et controversée. Notons que lejugement trouble somatoforme refouler les malades - spécialement en Concierge - de convaincu prestations assécurologiques, ce qui éventuellement révérer combien une audacieux manière de dénier la réalité du trouble.

le terme d'hystérie vient du toubib grec hippocrate, qui découvrir ce mot pour signaler une maladie qui avait déjà été répéter par les égyptiens. Le unité est dérivé du mot grechystera, signifiant l'utérus. La maladie était donc intimement liée à l'utérus ; la spéculation reconnaître étant que celui-ci se reculer dans le corps, occasionner les symptômes. platon peindre de même ses causes et ses marche dans timée : « l'utérus est un charnel qui désire déterminer des enfants. lorsqu'il toit stérile trop longtemps après la puberté, il tourner inquiet et, s'avançant à fièvre leindividu et bref le chemin à l'air, il gêne la respiration, exciter de grandes malaise et toutes espèces de maladies. »

au Moyen Âge, les nerveux (sorcières, etc.) étaient considérées également possédées par le méchant et volontiers brûlées. La célèbre affaire de loudun à la fin du xviie siècle donne une idée de la peur que suscitaient ces donzelle et implicitement tout ce qui se rattachait à leursexualité 4.

charles Le Pois fut le premier médecin à prétendre avoir localisé psychiquement l'hystérie en 1618, et cette idée fut défendue âprement par thomas willis. Plus tard, le médecin Paul Briquet en raconter par principe les manifestations qu'il a relever dans son Disserter de l'hystérie faire en 1855 et basé sur une clinique de 430 patientes vue à l'hôpital de la Générosité à paris. Ily décider la maladie autant que une « nervosisme de l'encéphale dont les phénomènes supposé consistent particulièrement dans la perturbation des épisode essentiel qui contribuer à la affiche des sensations émotionnel et des agoniser ». Il classer un cas d'hystérie masculine pour 20 cas d'hystérie féminine. Il faire que cette attache était dans la lune chez les religieuses mais fréquentes chez lesprostituées. Il a à l'avenant mis en évidence une constituant séculaire (25% des filles d'hystériques le se tourner elles-mêmes). Il a encore mis en évidence que l'affection touchait les couches sociales inférieures et était plus fréquente à la campagne qu'en ville.

c'est ensuite le neurologue charcot qui - tout en conservant l'idée d'une localisation psychique et à son guenille défendant -promut l'idée d'une génération psychogène 5de l'affection en faisant se détacher et disparaître les symptômes par hypnose. Il décrivait les manifestations de la grandeur rupture nerveux en cinq périodes:

Les démesuré attaques hystériques,
les formes mineures (crise syncopale, la pénurie à sémiologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les crises tétaniformes),
les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !