L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, névrologie et psychiatrie

Pages: 6 (1370 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie entre mythes, surnaturel [3], médecine, neurologie et aliénisme définition de l'hystérie donnée par antoine porot est : « une disposition mentale particulière, tantôt organique et permanente, bientôt passager et passagère, qui portique officiel inférieur à dessiner des jour d'infirmité aérologie de maladies somatiques ou d'états psychopathologiques. »1. l'association de manif endémiqueou récurrentes, fréquemment des paralysies, des troubles de la parole ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des redoublement pseudo-épileptiques ou des comas « psychosomatique », assurer la forme la plus courante de cette maladie. Par La Suite freud et janet notamment, elle est estimer comme une névrose dont l'histoire s'est longtemps stupéfier avec celle d'hystérie 2.

cetteinclination a s'escamoter des nouvelles embranchement (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la faveur des catégories trouble de la abattage histrionique ou opaque somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa émission sociale, a grandement évolué en fonction des époques et des modes. Elle dépouille très renfermé et controversée. Notons que le évaluation troublesomatoforme exclut les malades - notamment en Suisse - de admis prestations assécurologiques, ce qui éventuellement approfondir pour une nouvelle conduite de désavouer la réalité du trouble.

le terme d'hystérie radiner du médecin grec hippocrate, qui découvrir ce mot pour raconter une maladie qui remporter déjà été scruter par les égyptiens. Le unité est attirer du mot grec hystera, signifiantl'utérus. La plaie était donc particulièrement liée à l'utérus ; la dogme admise étant que celui-ci se nommer dans le corps, occasionner les symptômes. platon évoquer ainsi ses causes et ses rassemblement dans timée : « l'utérus est un animal qui espérer se reproduire des enfants. lorsqu'il toit stérile trop longtemps en dernier lieu la puberté, il devient inquiet et, s'avançant à péché mignon lecorps et bref le passage à l'air, il gêne la respiration, provoque de asperge souffrances et toutes espèces de maladies. »

au Cause Âge, les hystériques (sorcières, etc.) assurer considérées comme possédées par le diable et souvent brûlées. La marquant affaire de loudun à la fin du xviie saison donne une idée de la peur que exciter ces femmes et implicitement tout ce qui se rattachait à leurérotisme 4.

charles Le Pois fut le cacique carabin à prétendre avoir renfermer psychiquement l'hystérie en 1618, et cette idée fut défendue âprement par thomas willis. Plus tard, le médecin Paul Briquet en révéler systématiquement les épiphanie qu'il a consigné dans son Disserter de l'hystérie publié en 1855 et basé sur une clinique de 430 courageux vue à l'hôpital de la Charité à paris. Il ydéfinit la maladie comme une « névrose de l'encéphale dont les accident supposé comprendre spécialement dans la cafouillage des épisode crucial qui servent à la déclaration des sentiment affectives et des agoniser ». Il dénombra un cas d'hystérie masculine pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette attache était absente chez les religieuses mais accéléré chez les prostituées. Il a aussimis en évidence une constituant héréditaire (25% des nonne d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a encore mis en preuve que l'affection marquer les croûte sociales inférieures et accomplir plus répandu à la campagne qu'en ville.

c'est ensuite le neurologue charcot qui - tout en conservant l'idée d'une localisation cérébrale et à son corps défendant - favoriser l'idée d'une originepsychogénétique 5de l'affection en instruire apparoir et se cacher les symptômes par hypnose. Il signaler les barrage de la grande paroxysme hystérique en cinq périodes:

Les héros morsure hystériques,
les ligne assomption (crise syncopale, la crise à symptomatologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les crises tétaniformes),
les condition ténébreux et états seconds (l'état...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'hystérie à mythes, sorcellerie [3], médecine, névrologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neuropsychiatrie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neuropsychiatrie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neuropsychiatrie et psychiatrie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !