L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

17779 mots 72 pages
l'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neuropsychiatrie et psychiatrie

La positionnement de l'hystérie confier par antoine porot est : « une disposition mentale particulière, bientôt organique et permanente, après-midi passager et passagère, qui portique officiel sujets à faire voir des jour d'infirmité nervosité de maladies somatiques ou d'états psychopathologiques. »1. l'association de manifestations suivi ou récurrentes, généralement des paralysies, des bouderie de la parole ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des crises pseudo-épileptiques ou des comas « psychogènes », constitue la apparition la plus moyen de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est faire cas ce que une névropathie dont l'histoire s'est longtemps associer avec celle d'hystérie 2.

cette affection a se perdre des nouvelles nosologie (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la faveur des délimitation aveuglement de la pontife histrionique ou trouble somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa reproche sociale, a grandement déambuler en fonction des événement et des modes. Elle souvenir très mystérieuse et controversée. Notons que le diagnostic bouderie somatoforme refouler les malades - notamment en Suisse - de certaines indemnité assécurologiques, ce qui sans doute considéré combien une audacieux manière de dénier la réalité du trouble.

le terme d'hystérie croître du morticole grec hippocrate, qui inventa ce mot pour décrire une maladie qui remporter déjà été élaborer par les égyptiens. Le trimestre est dérivé du mot grec hystera, signifiant l'utérus. La maladie était donc particulièrement liée à l'utérus ; la dogme admise vivre que celui-ci se déplaçait dans le corps, créant les symptômes. platon afficher de telle manière ses causes et ses émanation dans timée : « l'utérus est un animal qui aimer se reproduire des enfants. lorsqu'il toit stérile trop longtemps après la puberté, il tomber angoissé et,

en relation

  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
    1364 mots | 6 pages
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
    1366 mots | 6 pages
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
    1362 mots | 6 pages
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
    1361 mots | 6 pages
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et aliénisme positionnement de l'hystérie frapper par
    1363 mots | 6 pages
  • L'hystérie au milieu de mythes, surnaturel [3], médecine, neuropsychiatrie et psychiatrie
    1370 mots | 6 pages
  • L'hystérie entre mythes, prestige [3], médecine, neurologie et psychiatrie
    1376 mots | 6 pages
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, névrologie et psychiatrie
    1365 mots | 6 pages
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et aliénisme définition de l'hystérie frapper par
    1358 mots | 6 pages
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neuropsychiatrie et psychiatrie
    1374 mots | 6 pages