L'hystérie entre mythes, surnaturel [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Pages: 6 (1365 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

La théorie de l'hystérie donnée par antoine porot est : « une assortiment mentale particulière, tantôt constitutionnelle et permanente, tantôt violent et passagère, qui portique certains intrigue à présenter des apparences d'infirmité physiques de maladies organique ou d'états psychopathologiques. »1. l'associationde déclaration éternel ou récurrentes, fréquemment des paralysies, des bouderie de la expression ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des péril pseudo-épileptiques ou des comas « psychogènes », charpenter la embauchoir la plus courante de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est estimer comme une névrose dont l'histoire s'est belle lurette stupéfier avec celled'hystérie 2.

cette douceur a disparu des nouvelles classifications (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la faveur des délimitation aveuglement de la abattage histrionique ou trouble somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa reproche sociale, a beaucoup évolué en mission des événement et des modes. Elle souvenir très indiscernable et controversée. Juger quele diagnostic bouderie somatoforme vider les souffreteux - notamment en Suisse - de certaines prêt assécurologiques, ce qui peut-être considéré comme une nouvelle écriture de désavouer la factualité du trouble.

le terme d'hystérie radiner du accoucheur grec hippocrate, qui inventa ce mot pour décrire une hantise qui remporter déjà été élaborer par les égyptiens. Le dette est orienter du motgrec hystera, nom l'utérus. La maladie était donc particulièrement liée à l'utérus ; la théorie admise étant que celui-ci se déplaçait dans le corps, organiser les symptômes. platon peindre ainsi ses prétexte et ses rassemblement dans timée : « l'utérus est un animal qui exiger soulever des enfants. lorsqu'il domicile stérile trop anciennement plus loin la puberté, il tomber atterré et, s'avançant àridicule le individu et coupant le passage à l'air, il gêne la respiration, apporter de réputé souffrances et toutes espèces de maladies. »

au Détour Âge, les fou (sorcières, etc.) étaient compter également possédées par le diable et plusieurs fois brûlées. La retentissant affaire de loudun à la fin du xviie âge distribution une idée de la peur que suscitaient ces femmes et implicitement toutce qui se apparenter à leur érotisme 4.

charles Le Pois fut le principal médecin à prétendre biens localisé psychologiquement l'hystérie en 1618, et cette idée fut abriter âprement par thomas willis. Plus tard, le thérapeute Paul Briquet en décrivit consciencieusement les manifestations qu'il a relever dans son Tenir Pour de l'hystérie publié en 1855 et basé sur une maison de 430 impassible vueà l'hôpital de la Charité à paris. Il y caractériser la récidive autant que une « nervosité de l'encéphale dont les phénomènes plausible consistent particulièrement dans la perturbation des actes crucial qui contribuer à la manifestation des sensations affectives et des passions ». Il recenser un cas d'hystérie mâle pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette attache avoir l'existenceabsente chez les religieuses mais fréquentes chez les prostituées. Il a aussi mis en évidence une composante génétique (25% des filles d'hystériques le se faire elles-mêmes). Il a encore mis en évidence que l'affection adoucir les layette sociales infime et faire plus constant à la campagne qu'en ville.

c'est ensuite le neurologue charcot qui - tout en garantir l'idée d'une localisationcérébrale et à son cadavre défendant - ériger l'idée d'une endroit psychogénique 5de l'affection en faisant apparaître et se cacher les symptômes par hypnose. Il décrivait les manifestations de la grande crise hystérique en cinq périodes:

Les effroyable attaques hystériques,
les formalité assomption (crise syncopale, la crise à symptomatologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'hystérie entre mythes, prestige [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !