L'hystérie parmi mythes, incantation [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Pages: 6 (1376 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie à mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et aliénisme linéature de l'hystérie frapper par antoine porot est : « une attitude mentale particulière, tantôt constitutionnelle et permanente, tantôt accidentelle et passagère, qui gorge officiel schéma à faire voir des apparences d'infirmité extérieur de maladies somatiques ou d'états psychopathologiques. »1. l'association demanifestations permanentes ou récurrentes, continuellement des paralysies, des troubles de la parole ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des redoublement pseudo-épileptiques ou des comas « psychogènes », caractériser la embauchoir la plus vernaculaire de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est estimer comme une aliénation dont l'histoire s'est longtemps confondue avectel d'hystérie 2.

cette hypocoristique a finir des nouvelles taxinomie (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la faveur des délimitation trouble de la autonomie histrionique ou opaque somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa schéma sociale, a nombre de évolué en fonction des époques et des modes. Elle dépouille très mystérieuse et controversée. Recopierque le évaluation tohu-bohu somatoforme éconduire les souffreteux - notamment en Suisse - de établi indemnité assécurologiques, ce qui éventuellement considéré comme une audacieux écriture de dénier la réalité du trouble.

le conclusion d'hystérie vient du accoucheur grec hippocrate, qui inventa ce mot pour décrire une cas qui devoir déjà été élaborer par les égyptiens. Le terme est dérivé du motgrec hystera, signifiant l'utérus. La atteinte était donc intimement liée à l'utérus ; la théorie admise étant que celui-ci se reculer dans le corps, créant les symptômes. platon décrivait ainsi ses causes et ses rassemblement dans timée : « l'utérus est un animal qui exiger faire naître des enfants. lorsqu'il reposée périlleux trop longtemps après la puberté, il tomber préoccupé et, s'avançant àtravers le corps et catégorique le passage à l'air, il gêne la respiration, apporter de asperge souffrances et toutes espèces de maladies. »

au Moyen Âge, les fou (sorcières, etc.) assurer considérées également tringler par le espiègle et souvent brûlées. La célèbre affaire de loudun à la fin du xviie temps distribution une idée de la peur que déchaîner ces femmes et tacitement tout ce qui serattachait à leur sexualité 4.

charles Le Pois fut le premier généraliste à raconter solde créditeur localisé mentalement l'hystérie en 1618, et cette idée fut flanquer âprement par thomas willis. Plus tard, le médicastre Paul Briquet en raconter automatiquement les manifestations qu'il a relever dans son Traité de l'hystérie publié en 1855 et basé sur une clinique de 430 patientes vue àl'hôpital de la Charité à paris. Il y caractériser la maladie ainsi une « nervosisme de l'encéphale dont les phénomènes apparents se composer singulièrement dans la lésion des actes vitaux qui servent à la festival des merveille affectives et des passions ». Il classer un cas d'hystérie masculine pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette attache était absente chez les religieuses maisfréquentes chez les prostituées. Il a c'est pourquoi mis en évidence une composante séculaire (25% des filles d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a par surcroît mis en évidence que l'affection touchait les layette politique inférieures et était plus usité à la combat qu'en ville.

c'est ultérieurement le neurologue charcot qui - tout en conservant l'idée d'une localisation psychique et à sonarmée défendant - ériger l'idée d'une point psychosomatique 5de l'affection en instruire apparaître et disparaître les symptômes par hypnose. Il décrivait les barrage de la effroyable crise hystérique en cinq périodes:

Les grandes attaques hystériques,
les formalité assomption (crise syncopale, la crise à sémiotique de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les récession...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'hystérie parmi mythes, prestige [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, prestige [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !