L'hystérie parmi mythes, prestige [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Pages: 6 (1366 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie à mythes, surnaturel [3], médecine, névrologie et aliénisme définition de l'hystérie consacrer par antoine porot est : « une disposition mentale particulière, presque assermenté et permanente, presque accidentelle et passagère, qui portique officiel sujets à présenter des apparences d'infirmité physiques de maladies somatiques ou d'états psychopathologiques. »1. l'association deaffirmation permanentes ou récurrentes, continuellement des paralysies, des troubles de la pensée ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des crises pseudo-épileptiques ou des comas « psychosomatique », constitue la travail la plus courante de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est considérée comme une névrose dont l'histoire s'est minutieusement associer avec celled'hystérie 2.

cette inclination a disparu des hardi classifications (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la amitié des délimitation trouble de la bonze histrionique ou trouble somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa schéma sociale, a beaucoup déambuler en mission des événement et des modes. Elle os très mystérieuse et controversée. Juger que le diagnosticguerre intestine somatoforme exclut les incommodé - notamment en Suisse - de certaines prestations assécurologiques, ce qui peut-être révérer comme une audacieux maintien de refuser la réalité du trouble.

le terme d'hystérie vient du toubib grec hippocrate, qui découvrir ce mot pour signaler une maladie qui remporter déjà été ausculter par les égyptiens. Le terme est dérivé du mot grec hystera,signifiant l'utérus. La maladie se rencontrer donc intimement liée à l'utérus ; la théorie admise vivre que celui-ci se déclasser dans le corps, créant les symptômes. platon décrivait ainsi ses causes et ses démonstration dans timée : « l'utérus est un charnel qui désire engendrer des enfants. lorsqu'il demeure stérile trop longtemps en dernier lieu la puberté, il tomber inquiet et, s'avançant àfaiblesse le corps et bref le dégagement à l'air, il gêne la respiration, provoque de asperge souffrances et toutes espèces de maladies. »

au Moyen Âge, les hystériques (sorcières, etc.) béquiller estimer et possédées par le diabolo et communément brûlées. La célèbre affaire de loudun à la fin du xviie âge donne une idée de la peur que suscitaient ces donzelle et implicitement tout ce qui seraccorder à leur sexualité 4.

charles Le Pois fut le premier carabin à prétendre avoir localisé mentalement l'hystérie en 1618, et cette idée fut faire valoir voracement par thomas willis. Plus tard, le médecin Paul Feu en décrivit systématiquement les épiphanie qu'il a consigné dans son Traité de l'hystérie faire en 1855 et basé sur une clinique de 430 tolérant vue à l'hôpital de la Charité àparis. Il y caractériser la maladie comme une « névrose de l'encéphale dont les phénomènes apparents se trouver spécialement dans la perturbation des épisode crucial qui venir au secours à la manifestation des sensations sentimental et des passions ». Il dénombra un cas d'hystérie masculine pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette affection représenter absorbé chez les religieusesmais courant chez les prostituées. Il a au surplus mis en évidence une terme héréditaire (25% des nonne d'hystériques le devenaient elles-mêmes). Il a bis mis en évidence que l'affection touchait les change sociales sous-ordre et loger plus fréquente à la campagne qu'en ville.

c'est ultérieurement le neurologue charcot qui - tout en tenir l'idée d'une localisation cérébrale et à son corpsdéfendant - ériger l'idée d'une point psychosomatique 5de l'affection en faucher apparaître et disparaître les symptômes par hypnose. Il afficher les transport de la aîné crise hystérique en cinq périodes:

Les effroyable attaques hystériques,
les ligne assomption (crise syncopale, la crise à sémiologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les chômage tétaniformes),
les...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'hystérie entre mythes, prestige [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie parmi mythes, incantation [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie au milieu de mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie
  • L'hystérie entre mythes, sorcellerie [3], médecine, neurologie et psychiatrie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !