L'idée de nature et les lumières

Pages: 17 (4108 mots) Publié le: 2 mai 2011
« C’est la nature elle-même que nous allons interroger, il n’y a qu’elle qui puisse décider la question sans réplique ».
Dans quelle mesure cette réplique du Prince à Hermiane (la Dispute, scène 1) désigne-t-elle par excellence le geste des Lumières, avec ses ambiguïtés ?

« Le monde et ses premières amours vont nous reparaitre tels qu'ils étaient, ou du moins, tels qu'ils ont dû être. »Quatre jeunes gens, deux hommes, deux femmes, préservés de tout préjugé social, sont confrontés les uns aux autres afin de savoir qui, de l’homme ou de la femme, est naturellement le plus inconstant. Marivaux, dans sa comédie philosophique, La dispute, prête au personnage du Prince l'usage d'une méthode scientifique afin d'analyser la situation exposée plus haut :« C’est la nature elle-même que nousallons interroger, il n’y a qu’elle qui puisse décider la question sans réplique ». Par cet emploi, Marivaux introduit une dimension critique de cette même méthode et vision du monde. Mais en quoi consiste-elle? Enlightment, Aufklärung, Lumières, ont assiste dans la seconde moitié du XVIIe siècle à un renouveau de la pensée occidentale. Ce renouveau mènera à l'ère des révolutions se poursuivant toutau long du XIXe siècle. Les théories politiques et philosophiques développées par des Lumières s'appuient sur les nombreuses expéditions autour du monde réalisée à l'époque. Les philosophes y trouvent les matériaux nécessaires à la remise en cause du système occidental. C'est la création du concept de « bon sauvage », un homme à l'état de nature qui ne serait pas corrompu par une société oùtriompheraitent les inégalité et l'obscurantisme. Concept que Marivaux contredit dans La dispute.
Découvrir la nature des choses n'est pas spécifique aux Lumières, en cela, les philosophes s'inscrivent dans un long procédés prenant racine dans l'Antiquité où la nature (phusis) ne se contentait pas de désigner le monde organique, mais le processus qui fait évoluer les choses, aussi bien quel'origine de ces même choses. Si le mystère reste encore à percer, les Lumières se démarquent par leurs nouvelles méthodes qui peuvent s'avérer controversées. Les secrets de la nature, ne cessent de désemparer les scientifiques/philosophes des Lumières qui ne parviennent pas, et ne sont jamais véritablement parvenus à remonter à une source première des secrets de la nature. Concernant la nature deschoses, la Nature et ses mythes, ses voiles mystérieux comme dirait Pierre Hadot dans le voile d'Isis, l'irrationnel n’a en aucun cas dit son dernier mot malgré le règne de la Raison. Nous questionnerons le rapport des Philosophes des Lumières à l'idée de nature.
Nous verrons tout d'abord le développement des sciences pour percer les secrets de la nature, puis le concept du « bon sauvage » (l'homme àl'état de nature) et enfin, dans une dernière partie les contradictions de ces interprétations de la nature humaine.

L'idée de nature ici exposé dans la citation de Marivaux regroupe deux sens parallèles. La nature est, d'une part, constituée par tout ce qui existe. La nature, d'autre part, caractérise ce qui constitue un être, ontologiquement parlant. Le projet de saisir la nature des chosesn'est pas propre aux Lumières. Les première traces de cette ambition remontent à l'Antiquité, (voire au delà), en ce qui concerne le monde occidental. Pierre Hadot, dans son ouvrage récapitulatif sur l'idée de nature à travers l'histoire, le voile d'Isis, explique que la volonté de percer les secrets de la nature à toujours habité les hommes et les poursuit toujours. Les nouveautés apportées parles Lumières dans cette quête sont principalement méthodologiques. Elles concernent les nouveaux rapports de l'homme à la Nature, notamment à travers le développement des sciences (au détriments des croyances et rituels mystiques)
Pour bien comprendre l'approche de l'idée de nature qu'eurent les philosophes des Lumières, il faut remonter jusqu'en 1637 avec Descartes et son discours de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La Nature de la lumière
  • Nature et lumière
  • L'idée de nature dans l'architecture
  • Les combats des lumières – l’idée de progrès –
  • Faut-il renoncer à l'idée de nature ?
  • Faut il renoncer à l'idée que l'homme a une nature
  • Faut-il abondonner l'idée que l'homme a une nature ?
  • Faut il renoncer a l'idee que l'homme a a une nature

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !