L'imperialisme athenien

795 mots 4 pages
L’impérialisme athénien

De la Ligue de Délos...
La ligue attico-délienne naît (476 av. J.-C.) des victoires athéniennes de Salamine et de Mycale. C’est une alliance de cités (summachia) pour bénéficier de la protection d’Athènes contre les Perses. Les premiers membres de la Ligue furent Samos, Chios, Lesbos, Délos, Thasos, Samothrace et les Cyclades. Certaines cités de Chalcidique et de Propontide ainsi que Rhodes et peut-être quelques villes chypriotes rejoignirent ensuite la ligue. Après la victoire de l’Eurymédon (467/468), les cités de Lycie et de Carie s’y rallient et la ligue atteint son maximum d’extension. En 431, 238 cités sont mentionnées dans les listes du tribut.
Elle fut ainsi nommée parce qu’elle adopte Délos, l’île sainte des Ioniens et sanctuaire d’Apollon comme centre politique et religieux. C’est d’ailleurs dans le sanctuaire d’Apollon que se réunissent les délégués des villes et qu’est conservé le trésor. A l’origine, toutes les cités sont indépendantes et égales entre elles. En tant que chef de la ligue, Athènes n’a que la présidence et dispose du même nombre de voix que tout autre allié. Toute décision d’importance devait être soumise à une assemblée fédérale (synodos) où tous les alliés disposaient d’une égalité de voix (isopséphoi). Le Pirée est le quartier général de la flotte. Athènes surveille la gestion financière.
... à l’impérialisme
Peu à peu, cette fédération se transforme en empire athénien. La flotte devient ainsi quasi-exclusivement athénienne. Les alliés doivent prêter serment de fidélité à Athènes et modeler leurs institutions sur les siennes. Athènes impose l’usage de sa monnaie et de celui de son système de poids et mesures. Parfois une garnison athénienne s’installe sur place pour appuyer l’autorité de son envoyé spécial (épiskopoi) chargé de surveiller les alliés. Ceux-ci sont soumis au tribut (phoros) à Athènes, fixé tous les quatre ans par la boulê athénienne. Ce tribut est considérable : environ 500 talents par an.

en relation

  • La cité selon thucydide
    1821 mots | 8 pages
  • Thucydide, un historien de son temps.
    2649 mots | 11 pages
  • les religions sont dangereuses
    440 mots | 2 pages
  • Péricles
    1886 mots | 8 pages
  • Athènes entre guerre et paix
    2796 mots | 12 pages
  • Commentaire thucydide
    2474 mots | 10 pages
  • La politique de construction monumentale à Athènes au Ve siècle
    3515 mots | 15 pages
  • Ligue de délos
    4226 mots | 17 pages
  • Athenes
    1935 mots | 8 pages
  • Troisième philippique de démosthène.
    3754 mots | 16 pages