L'inexistence de la matière

876 mots 4 pages
"Que les choses que je vois de mes yeux et celles que je touche de mes mains existent bien, qu’elles existent réellement, je ne soulève aucune question à ce sujet. La seule chose dont nous nions l’existence, est celle que les philosophes appellent matière ou substance corporelle. Et, quand on agit de la sorte, on ne cause aucun dommage au reste des hommes, qui, j’ose le dire, n’en seront jamais privés. Certes l’athée réclamera la couleur d’un nom vide pour soutenir son impiété ; et les philosophes trouveront peut-être, qu’ils on perdu une belle occasion de jouer avec des bagatelles et d’argumenter. […] J

Je trouve que je peux éveiller des idées dans mon esprit à mon gré, que je peux varier et changer la scène aussi souvent que je le juge bon. Il n’y a qu’à vouloir et, sur le champ, telle ou telle idée s’éveille dans ma fantaisie : le même pouvoir l’efface, et donne la place à une autre. Cette génération et cet effacement des idées font que l’esprit est très proprement appelé actif. Tout cela est certain et fondé sur l’expérience ; mais quand nous parlons d’argents privés de pensée, ou d’éveil d’idées sans intervention de la volonté, nous ne faisons que nous jouer avec des mots. Mais quelque pouvoir que je puisse avoir sur mes propres pensées, je trouve que les idées effectivement perçues par les sens ne dépendent pas de même manière de ma volonté. Quand, en pleine clarté du jour, j’ouvre les yeux, il n’est pas en mon pouvoir de choisir si je verrai ou non, ou de déterminer quels objets particuliers se présenteront à mon regard ; il en est de même pour l’ouïe et pour les autres sens, car les idées qui s’y impriment ne sont pas des créatures de ma volonté. Il y a donc quelque autre volonté, quelque autre esprit qui les produit. Les idées des gens sont plus fortes, plus vives et plus distinctes que celles de l’imagination ; elles ont également de la fermeté, un ordre et une cohérence, et elles ne s’éveillent pas au hasard, comme il arrive souvent à celles qui

en relation

  • Droit
    18338 mots | 74 pages
  • Les conventions d'arbitrages
    4404 mots | 18 pages
  • arrêt : cass.civ, 3e,21 Septembre 2011 n° de pourvoi :10-21900
    712 mots | 3 pages
  • Le vide le rien le neant
    1526 mots | 7 pages
  • Re Sume Doc
    3748 mots | 15 pages
  • L'homoparentalité
    1965 mots | 8 pages
  • salut je suis étudiante de ucd de dakar je voulais avoir votre aide
    2107 mots | 9 pages
  • Commentaire d'arret 21 mai 2008
    3036 mots | 13 pages
  • Droit administratif abrogation
    933 mots | 4 pages
  • Gestion fiscale
    3855 mots | 16 pages