L'inhumain en l'homme

Pages: 23 (5536 mots) Publié le: 21 février 2013
Les folies d’anéantissement que nous avons connu au XXème siècle, et dont le nazisme constitue le paradigme (pour la première fois en effet, une planification scientifique de l’extermination de peuples ciblés a été pensée et actée au nom d’un idéal politique et social), montre le déchaînement le plus absolu des pulsions de destruction tournées contre le monde extérieur, tel que l’inventeur de lamétapsychologie, Sigmund Freud, l’avait énoncé, dès 1920, dans « au-delà du principe de plaisir » , et alors même que ce dernier ne connaîtra ni la Seconde Guerre mondiale, ni les camps d’extermination du IIIème Reich.
L’histoire et l’actualité apportent ainsi la preuve de la cruauté et la barbarie comme composante fondamentale de l’homme – ‘primitif’ ou ‘civilisé’ - pris dans sonindividualité ou agissant de concert au sein d’une communauté organisée .
Le terme « inhumain » procèderait du mot humain en sorte que seul l’humain puisse être inhumain : ce terme extrêmement péjoratif, soulignerait ce qui est dans (« in ») l’homme, qui s’y loge.

Dans le même temps, le mot ‘inhumain’ pourrait être entendu comme ‘ce qui n’est pas humain’ ; il est composé du préfixe ‘in’ qui signifie lenégatif (non humain), le contraire, et le mot humain, qui concerne un individu appartenant à l’humanité.
Voilà soulignée par l’acception même ce mot, toute l’ambivalence de l’humanité dans ses composantes propres. L’homme, inhumain ? La question porte en effet en elle le paradoxe le plus absolu.

Objectivement et rationnellement, il semble simple d’énoncer que ce qui est inhumain ne relève pasde l’homme, lui est étranger. Cette affirmation est hors réalité (de par la ténacité des faits historiques immémoriaux) en ce qu’elle confond l’inhumanité avec la non-humanité (qui correspondrait au monde instinctif animal).

Si l’on se place sur le plan plus subjectif de l’éthique, des valeurs, de la moralité, tout acte pourrait être qualifié d’inhumain en tant qu’il brise l’intégrité physiqueet la dignité morale d’autres êtres humains, voire qu’il envisage la destruction, fantasmée (lors des rêveries diurnes ou des activité oniriques) ou par agir, de son semblable - ce semblable « si différent » qu’il semble impossible de s’identifier à lui ou d’avoir un minimum d’empathie à son égard -.

Bien des philosophes ont tenté de définir l’inhumain en l’homme. Aristote l'envisageait commeanimal doué de raison ; se pose alors la question de la qualification de l’acte déraisonnable.. Or, l’acte déraisonnable est une notion fluctuante car contrainte par les diktats d’une époque bien précise. Les mœurs changent, la Loi d’Organisation Humaine s’adapte à rebours ; ce qui parait inhumain aujourd’hui ne l’était pas toujours un siècle en arrière ou est pensé dans un contexte différent(en période de guerre ..).
L’idée d’inhumain est donc mouvante, culturelle comme cultuelle, relative .

L’humanité civilisée était censée avoir dompté la nature par l’éducation à la différence entre le bien et le mal (la morale), et l’accès à l’univers de la connaissance et de la science (la raison), refoulant pulsions individuelles et hostilité de la nature ; et pourtant, elle déborderégulièrement la limite infranchissable, celle de la volonté de destruction d’autrui par la toute-puissance de l’action (ou de la parole-coup de poing..).

Sigmund Freud, au-delà de tout aspect rationnel, subjectif ou philosophique est allé puiser ses réflexions dans sa connaissance clinique de la psyché humaine ; un plan nouveau, ‘méta’, pouvait être pensé : celui des ressorts inconscients del’homme, d’autant plus déroutants qu’il s’agit d’une partie de chacun dont on ne sait rien et qui est pourtant celle dont nous discutons présentement.

Aussi peut-on relever qu’à l’origine de cette inhumanité récurrente et détonante est le çà, domaine du refoulé, des pulsions de vie et de mort, intriquées (ou non) en leurs poussées, énergie libre en quête de décharge constante (I), et que ce...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'inhumain
  • L'inhumain dans l'odysée
  • Exprimer l’inhumain en mots ou en images?
  • L'homme
  • De l'homme
  • l'homme
  • De l'homme
  • de l'homme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !