L'insoutenable légèreté de l'être

Pages: 27 (6658 mots) Publié le: 30 décembre 2010
L'Insoutenable légèreté de l'être. Voilà un titre peu habituel tant par sa résonance poétique que par son abstraite signification. Et pourtant, il résume parfaitement l'œuvre signée par Milan Kundera en 1984. Ce roman pourrait être avant tout considéré comme une sorte de toile blanche sur laquelle les personnages se meuvent, dans une atmosphère parfois légère, souvent grave mais jamais pesante.Les actions se déroulent sous nos yeux comme un film muet puisque tout son ou décor est absent. Seuls comptent les interactions entre les personnages, leurs sentiments, leur évolution. Par ailleurs, le roman de l'écrivain tchèque obéit à un mouvement cyclique qui confère à l'œuvre une minutie sans égal d'où surgit pourtant une étonnante note poétique. C'est en s'appuyant sur ces éléments que nousessayerons de prouver que L'Insoutenable légèreté de l'être est le symbole parfait du roman moderne. Dans un premier temps, nous analyserons le mythe de l'Éternel Retour qui fait irrésistiblement référence à Nietzsche et qui sert une construction habile du récit. Puis, nous nous intéresserons au jeu de miroir très troublant qui fait irruption au cœur de l'œuvre et pour finir, nous nous pencheronssur la notion même de roman qui , dans l'optique de Kundera, est avant tout un instrument de l'exploration humaine.

Le mythe de l'Éternel Retour se base essentiellement sur la pensée nietzschéenne qui ne tient pas pour véritable la possibilité de revivre à l'infini sa propre vie, mais qui fait de cette supposition une sorte d'impératif, de question ultime et essentielle. En outre, le mythe del'Éternel Retour « affirme, par la négation, que la vie qui disparaît une fois pour toutes, qui ne revient pas, est semblable à une ombre, est sans poids, est morte d’avance, et fût-elle atroce, belle, splendide, cette atrocité, cette beauté, cette splendeur ne signifient rien ». Cette notion se retrouve sous plusieurs formes au sein de l'œuvre de Kundera. Elle apparaît pour la toute premièrefois dans l'incipit du roman ce qui laisse fortement penser qu'elle revêt une importance capitale aux yeux de l'auteur. Elle lui permet en fait d'amorcer les conceptions de pesanteur et de légèreté qui se trouvent être des notions essentielles au cœur du roman. Ainsi, puisque le sujet est clairement défini c'est tout le livre qui obéit dans son mouvement même au principe cyclique. De cette manière,Kundera a choisi notamment de faire se répéter des titres de parties comme une partition musicale. Nous retrouvons ainsi par deux fois « Légèreté et pesanteur » en première et cinquième partie et « L'âme et le corps » en deuxième et quatrième partie. Cette nécessité de construire une structure est liée au fait que Kundera cherche à composer de la musique selon diverses variations. Il serait utilede préciser à ce propos que le père de Kundera était compositeur et que ce dernier a étudié le piano et la composition dans sa jeunesse. Cette éducation musicale l'a donc fortement influencé dans son écriture romanesque. Comme il le précise lui-même, il essaye toujours de doubler le principe de la construction épique et romanesque. Cette expérience dans la création romanesque a donné un mélangeétrange mais fascinant qui contribue à l'originalité et la particularité de l'œuvre de Kundera. Ainsi, l'unité du roman kundérien repose non pas sur une unité d'action mais une unité par le thème travaillé par la variation. Dans cette variation, « le thème est préservé et transformé tout à la fois » de telle sorte que « le thème initial ne ressemble pas plus à la dernière variation que la fleur à sonimage sous le microscope ». De ce fait, l'écrivain tchèque s'impose une contrainte de composition afin que ses romans aient une architecture parfaite. Nous pourrions dire par ailleurs, que la majorité de ses œuvres, comme L'Insoutenable légèreté de l'être, comportent sept chapitres. Pour le reste, le mythe de l'Éternel Retour apparaît également à l'intérieur de la diégèse. A ce propos, l'image...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'insoutenable légèreté de l'être
  • L'insoutenable légèreté de l'être
  • Courte analyse de l'insoutenable légèreté de l'être
  • Courte analyse de l'insoutenable légèreté de l'être
  • Compte-rendu "l'insoutenable légèreté de l'être"
  • L'Insoutenable Légèreté de l'être est un roman de Milan Kundera, écrit en 1982 et publié pour la première fois en 1984 en...
  • L'être
  • Légèreté de la poésie

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !