L'oiseau mort

851 mots 4 pages
L’oiseau mort.

L’oiseau mort
Par Jean-Baptiste GREUZE

Comme tous les jeudis, entre deux consultations, je cours au musée du Louvre, c’est devenu une habitude, mais dont je ne me lasserai jamais. Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres, nous sommes le 20 mars 1904 et il y a une semaine était indiqué dans le journal qu’une des plus belles œuvres que nous n’ayons jamais vu ait était acquise par ce musée. Je suis un vieux médecin (attendant le temps de la retraite avec grande impatience) avec des horaires précis et des permanences à ne pas manquer, je n’ai donc pas eu encore le temps d’aller voir de mes propres yeux, la merveille dont on nous faisait la publicité. Arrivé à 15h30 devant les portes de ce grand musée, une foule immense s’est ruée devant l’entrée, même après une semaine toujours autant de monde demande à voir ce tableau. Je n’arrive même pas à voir le grand couloir qui mène aux différentes salles d’expositions, je ne panique pas mais essaye malgré tout d’arriver à passer le cap de la porte d’entrée. C’est fait ! Il est habituel de marquer d’une affichette la direction vers laquelle aller quand de nouvelles œuvres sont exposées. Je regarde autour de moi avec grande attention et en remarque une jaune marquée de noir : « L’oiseau mort, de Jean-Baptiste GREUZE ». Évidemment je me souviens de ce titre d’œuvre en première page du journal. J’y vais, j’entre dans cette salle blanche avec, sur le mur du fond, le tableau. Je regarde l’affichette, à gauche de l’œuvre, il n’y a pas énormément d’informations. Elle nous indique juste que c’est une peinture sur toile, à l’huile, qu’elle fait initialement 55cm X 88cm et qu’elle a été peinte entre 1770 et 1800. Pourquoi jetais-je d’abord mon attention sur ce petit cartouche ? La foule dense devant le tableau ne me laisse pas l’approcher. Je m’approche tout en essayant de ne pas déranger ces spectateurs qui ont l’air abasourdis par la toile. Sans plus attendre mes yeux se dirigent vers le tableau, et là,

en relation

  • Cage d'oiseau et les corbeaux
    983 mots | 4 pages
  • Dissertation critique
    1081 mots | 5 pages
  • Saint-Denys Garneau et Emile Nelligan
    894 mots | 4 pages
  • Chevelure
    2381 mots | 10 pages
  • Lecture analytique "la mort de l'aigle" d'hérédia
    718 mots | 3 pages
  • Le libraire
    780 mots | 4 pages
  • Cage d’oiseau et Les Corbeaux, une même vision de la fatalité
    1038 mots | 5 pages
  • Devoir
    759 mots | 4 pages
  • Devoir 3 Saint Denys Garneau Et Mile Nelligan
    690 mots | 3 pages
  • Cage d'oiseau
    753 mots | 4 pages