L'ordre de l'impératrice maria teresa

Pages: 14 (3331 mots) Publié le: 13 mars 2011
Centre de cas






L’Ordre de l’Impйratrice Maria Teresa1

Cas traduit et adapté par le professeur Allain JOLY avec la collaboration de Bruno
BOUCHARD, stagiaire d'enseignement.



Charles Quintdominait un empire sur lequel, disait-on, le soleil ne se couchait
jamais. Par sa taille même, l'empire de Charles Quint soulevait des problèmes
de communication incroyables entre la couronne et les gouverneurs de ses
possessions éloignées. On attendait de ces derniers qu'ils obéissent de façon
consciencieuse aux ordres qui leur parvenaient deMadrid. Mais souvent, ils
ne le pouvaient tout simplement pas car ou bien ces directives reflétaient une
ignorance crasse des situations locales ou, pis encore, elles atteignaient les
colonies tellement tard qu'elles en avaient perdu toute pertinence. En
Amérique centrale, on développa une solution très pragmatique face à ce type
deproblème : « Se obedece pero no se cumple » (on doit obéir aux ordres,
mais surtout ne pas les exécuter). Grâce à cet expédient, les colonies
d'Amérique centrale purent prospérer et ce, en dépit des ordres impériaux qui
parvenaient de l'Escorial. Deux siècles plus tard, l'impératrice Maria Teresa
décida d'institutionnaliser ce comportement encréant l'Ordre qui porte son
nom... C'est avec un sens rafraîchissant de l'absurde que l'on créait cette
distinction pour honorer les officiers qui, tout en désobéissant ostensiblement
aux ordres reçus, décidaient malgré tout de prendre les choses en main et, ce
faisant, arrivaient à renverser le cours d'un affrontement sur le champ debataille.
Paul Watzlawick
The Invented Reality

1
Nous tenons à remercier Richard Déry, professeur à l'École des HEC, et tous les collègues qui, par leurs
commentaires, ont permis l'établissement du texte sous sa forme actuelle.
Traduit (1992)à l'École des Hautes Études Commerciales (HEC), Montréal, avec l'autorisation du professeur
Gareth Morgan.
Le traducteur demeure seul responsable de la fidélité de la traduction.
Copyright de la traduction © 1992 par l'École des Hautes Études Commerciales.
Le cas original intitulé « The Creation and Destruction of the Order of Maria Theresa »a été rédigé par Brian
Duke, étudiant du programme de maîtrise en sciences de l'Université du Massachussetts, au campus de Amherst
et publié par Gareth Morgan dans « Creative Organization Theory. A Resource Book. » Newbury Park, CA;
Sage Publications, 1989, p. 301-304.
Ce cas est destiné à servir de canevas de discussion à caractèrepédagogique et ne comporte aucun jugement sur
la situation administrative dont il traite.
Déposé au Centre de cas de l'École des HEC, 3000, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal (Québec)
Canada H3T 2A7.
L’Ordre de l’Impératrice Maria Teresa

Il y a cinq ans, je prenais un emploi de pompiste dans un établissement de laPetroco,
une grande pétrolière exploitant des stations-services localisées principalement dans
le Nord-Est et le Centre-Nord des États-Unis. J'ai été à l'emploi de la Petroco de la
mi-juillet jusqu'en juin de l'année suivante, à temps partiel d'abord puis à temps
plein.

La gérante de la station-service, Maria...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'ascension de l'ordre de l'imperatrice maria teresa
  • L'ascension de l'ordre de l'impératrice maria teresa
  • Analyse de cas : l’ordre de l’impératrice maria teresa
  • Le cas de l'imperatrice maria teresa
  • Cas l'Ordre de l'impératrice Maria Theresa
  • Maria téresa
  • Maria teresa
  • Cas maria teresa

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !