L'ILE DES ESCLAVES

605 mots 3 pages
1). La comédie-ballet pratiquée par Molière dans Le Bourgeois Gentilhomme par exemple est un divertissement, une fête jouée par les personnages avec beaucoup d’allégresse entre chaque acte ou encore à la fin de la pièce, lors de l’intronisation de M. Jourdain en «mamamouchi» qui se termine en «divertissement» (le mot est de Molière) pour le comte du faux grand Duc, altesse Turque.Mais le divertissement, qui fait vivre des émotions diverses (se divertir, c’est rire, mais c’est aussi pleurer, être ému, ressentir de la crainte, de la pitié, de la joie, de la déception), est aussi par là un moyen d’échapper au quotidien. Tout spectacle crée une évasion, déconnecte, crée une illusion. Le théâtre est le monde de l’imaginaire, du factice, de la convention (double énonciation, a parte…). Le divertissement est donc une sortie du réel, un détournement dans le sens latin de «divertere», se détourner de. Le spectateur se détourne de sa propre vie, cesse de penser et de réfléchir à sa vie, à sa condition durant le temps où il est diverti. Le sens pascalien du divertissement prend toute sa mesure au théâtre : le spectacle nous fait sortir de nous-mêmes et nous emmène vers d’autres préoccupations que nos misères humaines. Prenons l’exemple du spectacle comique qui propose un divertissement basé sur le plaisir de rire. Choisir d’assister à une comédie de MOLIÈRE ou de MARIVAUX (ou même à un « one man show » de DJamel DEBOUZE), c’est choisir de se divertir par le rire. Les procédés comiques utilisés peuvent aller du comique de geste, de répétition, de langage, (mise en scène) au comique de situation et de mœurs (rire moqueur) qui visent à distraire le spectateur en lui procurant du plaisir. Et le plaisir que procure la comédie ne se dément pas au fil des siècles.
Il serait faux toutefois de considérer que le rire est le seul moyen de se divertir. Se divertir c’est souvent rire, mais aussi pleurer, vibrer. Au XVII° siècle, à côté des comédies de MOLIÈRE auxquelles on assiste

en relation

  • L'île des esclaves
    1622 mots | 7 pages
  • L'île des esclaves
    1117 mots | 5 pages
  • L'ile des esclaves
    891 mots | 4 pages
  • L'île des esclaves
    687 mots | 3 pages
  • L'ile des esclaves
    956 mots | 4 pages
  • L'île des esclaves
    1458 mots | 6 pages
  • L'ile des esclaves
    258 mots | 2 pages
  • L'ile des esclaves
    9440 mots | 38 pages
  • L'ile des esclaves
    574 mots | 3 pages
  • L'île des esclaves
    295 mots | 2 pages