L'oligarchie élémentaire

34062 mots 137 pages
Alors que l’affaire Cahuzac fait les choux gras des médias et conduit le pouvoir à une nouvelle opération de communication d’urgence dans la lignée des agitations stériles de ces dernières années, il est consternant, mais pas surprenant, de voir comment les uns et les autres (les médias et les politiques) se montrent incapables de toute analyse de fond.
Car, sans rentrer dans les rhétoriques populistes du « tous pourris », le docteur Cahuzac est loin d’être un cas isolé. Si d'autres ne se trouvent pas forcément en infraction vis à vis de la Loi, leurs petits arrangements avec l'éthique politique la plus élémentaire, entre conflits d'intérêts et sociétés offshore, ne font qu'accroître la défiance des Français à l'égard d'une classe politique corrompue, si n'est dans les faits, par l'argent, sinon dans l'esprit, par le pouvoir. L'ensemble ne fait que révéler l’absence d’éthique de responsabilitéi(et je ne parle même pas de l’éthique de convictionii) de la classe au pouvoir. Or, pour comprendre comment nous en sommes arrivés là, il faut revenir quelque peu en arrière.
En 1945, la France est ruinée et une grande partie de son élite est complètement discréditée d’une part par la débâcle de 1940 et d’autre part par la participation d’une grande partie d’entre elle à la Collaboration. Certes, une nouvelle élite émerge des forces de la Libération (Résistance et France libre) mais elle souffre d’un grand déficit de formation. C’est alors qu’est décidé, notamment sous l’impulsion de Michel Debré, la création de l’école nationale d’administration (ENA). Devant l’urgence de la situation et du fait qu’une partie de la fonction publique s’est compromise avec l’Etat vichyste, il est décidé, contrairement aux usages favorisant la promotion interne, de recruter les élèves de la nouvelle école essentiellement sur concours externe. Pendant des décennies, cela donne d’excellents résultats : la nouvelle bureaucratie d’Etat ainsi créée n’est certainement pas pour rien dans les

en relation

  • Utopie
    2071 mots | 9 pages
  • Dissertation philo democratie
    2679 mots | 11 pages
  • L'etat
    2665 mots | 11 pages
  • Devoir d'histoire des idees politiques
    4215 mots | 17 pages
  • la démocration dans une famille Africaine
    1534 mots | 7 pages
  • Grèce antique
    7126 mots | 29 pages
  • La démocratie
    2104 mots | 9 pages
  • Séparation des pouvoirs et démocratie effective
    2905 mots | 12 pages
  • Géopolitique intro
    1881 mots | 8 pages
  • L'heritage de l'antiquité grecque
    11704 mots | 47 pages