L utopie

767 mots 4 pages
38 L’UTOPIE LE BILAN
1

Définition de l’utopie

Origines. Le mot « utopie », formé sur les mots grecs Ou-topos (« nulle part ») ou bien Eu-topos (« bonheur »), est créé par l’humaniste anglais Thomas More, qui intitule ainsi en 1516 son récit d’ un voyage imaginaire jusqu’ à une île idéalement gouvernée, Utopia. C’ est dans ce sens que Rabelais l’emploie dans Gargantua en 1532, lorsqu’il dépeint la société utopique de l’ abbaye de Thélème (« Fay ce que voudras »). Il reprend le terme d’ utopie dans Pantagruel : « Finalement arrivèrent au port d’ Utopie, distant de la ville des Amaurotes par trois lieues. » Reconnaissance du genre. C’ est au XVIIIe siècle, où les philosophes des Lumières rêvent d’ une société juste et fondée sur l’égalité et où les récits de voyages abondent, que l’ utopie acquiert ses lettres de noblesse. Le Dictionnaire de l’ Académie française donne comme définition en 1762 : « Titre d’ un ouvrage. On le dit quelquefois figurément du plan d’ un gouvernement imaginaire, à l’ exemple de La République de Platon ». Puis, il ajoute cette définition en 1793 : « Se dit en général d’un plan de gouvernement imaginaire, où tout est parfaitement réglé pour le bonheur commun. » Ainsi, l’ utopie dissimule également une dénonciation de la société de l’ Ancien Régime.

2

L’utopie, un monde atemporel
Au pays utopique, le temps est suspendu, faisant place à l’éternité bienheureuse. (R. TROUSSON)

L’ utopie se situe en général dans un « ailleurs ». Il n’ est pas discernable, est écarté du monde et dépayse le lecteur. L’île, lieu clos, préservée de tous les regards, présente toutes ces caractéristiques, pourvu qu’ elle soit difficile d’ accès. C’ est ainsi que Candide dans le conte philosophique de Voltaire doit franchir de nombreux obstacles avant d’ arriver dans l’ Eldorado. Le temps est également suspendu. Louis Sébastien Mercier, dans L’ an 2440, rêve s’ il en fut jamais (1786), sera le premier à présenter une utopie dans le futur. Le cadre

en relation