T iyoàç p

1389 mots 6 pages
Le conte philosophique
Vous devez lire la totalité du dossier (textes et questions) avant de choisir le travail d’écriture. Les questions sont communes à tous les sujets : elles vous permettent d’approfondir la lecture des textes. Documents A – Voltaire, Aventure indienne, traduite par l’Ignorant, 1766. B – René Pomeau, «Note sur l’Aventure indienne », dans Voltaire, Romans et contes, 1966. C – Voltaire, article « Torture », Dictionnaire philosophique, 1769.

Questions
1. Explicitez la leçon du conte Aventure indienne. Quel(s) passage(s) vous permet(tent) plus particulièrement de la trouver? Quels liens peut-on établir entre le conte Aventure indienne et l’article «Torture» du Dictionnaire philosophique de Voltaire (appuyez-vous sur le document B)? (2 POINTS) m 2. Appréciez les différences entre les documents A et C (genre, personnages, registre, époque…). (2 POINTS) m Écriture m Sujet I : Commentaire Vous ferez le commentaire des lignes 36 à 61 de Aventure indienne (« Il avança… Sauve qui peut !»). m Sujet II: Dissertation Quel(s) intérêt(s) présente la forme du conte dans le combat des idées ou dans la critique d’une société ? Appuyez votre réponse sur le corpus ci-dessous et sur d’autres contes que vous connaissez. m Sujet III : Écriture d’invention Composez le discours que Pythagore prononce devant les « juges » et les «dévotes» pour obtenir la grâce des « deux Indiens ». Vous aurez recours à différents procédés oratoires propres à rendre le discours convaincant.

Document A

Pythagore1, dans son séjour aux Indes, apprit, comme tout le monde sait, à l’école des gymnosophistes, le langage des bêtes et celui des plantes. Se promenant un jour dans une prairie assez près du rivage de la mer, il entendit ces paroles : « Que je suis malheureuse d’être née herbe ! à peine suis-je parvenue à deux pouces de hauteur que voilà un monstre dévorant, un animal horrible, qui me foule sous ses larges pieds; sa gueule est armée d’une rangée de faux tranchantes,

en relation