Y a-t-il des limites à la liberté ?

Pages: 6 (1269 mots) Publié le: 27 avril 2011
"Etre libre c'est faire ce que je veux " : telle est définition dans l'imagerie populaire de la liberté. Je ne serais donc pas libre lorsqu'on contraint ma volonté par des règles, des lois, des limites. Etre libre serait alors la condition naturel de l'Homme, et la société la marque de son esclavage. Mais cette opinion n'est pas tenable .Une définition plus poussé de la liberté du citoyenindique la faculté de faire tout ce qui n'est pas contraire à la loi et ne nuit pas à autrui. montesquieu va dans ce sens en expliquant :la liberté est droit de faire tout ce que les lois permettent. Dans ce cas, la définition même de la liberté intègre des limites de façon acquise.

Les limites de la définition sont-elles des limites à la liberté ? y en a-t-il d'autres ?

Nous observons depuis lanuit des temps deux états de l'Homme .
L'état dit de nature, situation de violence extrême exacerbée par une fondamentale égalité : sans pouvoir pour les contraindre et les retenir, sans lois ni limites, les hommes jouissent de cette égalité terrible, celle de donner la mort à quiconque, car ceux qui ne disposent pas d'une grande force physique peuvent toujours user de ruse ou de trahison.l'état dit de société, de puissance, état actuel de l'Homme où les lois limitent la liberté. On pourrais croire à première vue que seul l'Homme nature est libre de tout. En effet un Homme gouverné par sa seul raison, en l'absence de tout déterminisme, c'est à dire de tout raisonnement de cause à effet, lui seul pourrais être libre. Il le serait s'il était seul à vivre ou si tous les Hommespensaient et raisonnaient de la même manière. Mais l'homme nature n'obéit qu'à une seul loi : la loi du plus fort et dans ce cas seul le plus fort peut entièrement jouir de la liberté, les autres étant condamnés à s'abaisser ou à disparaitre et à le suivre par crainte et non par choix. Dans ce cas, il y a respect de la force et non respect de l'Homme. Pour le philosophe anglais Thomas Hobbes, les deuxbiens les plus précieux sont la vie et la raison, et c'est parce que l'état de nature les ignore ou les met en péril que l'état puissant est nécessaire.

L'Homme de société organisée est, lui, depuis la création de lois. Plusieurs types de lois sont cependant à analyser : les lois "orales" pour les premières civilisations reposant surtout sur la confiance et faisant déjà intervenir la notion derespect. Les lois bibliques reposant elle sur une croyance divine mais différente par le degrés d'exigence du respect de ces règles. Enfin les premières lois, constituantes des premières constitutions, indiscutables, à devoir être respecter sous peine de sanction. L'application de ces lois dépend malgré tout du ou des dirigeants en charge de les énoncer et de les mettre en pratique.
Le roi absolude droit divin n'étant ni un tyran de la Renaissance ni le despote des régimes totalitaires modernes. Thomas Hobbes justifie la toute puissance de la monarchie, mais avec cette réserve toutefois qui fait toute la différence entre l'absolutisme et le totalitarisme : le prince peut tout dans l'exacte mesure où il protège l'intégrité corporelle de celui qui lui est assujetti; son pouvoir absolu n'estpas total : il s'arrête là où commence la propriété privé du corps propre. Si le souverain ordonne à un homme, même justement condamné, de se tuer; de se blesser; de se mutiler, écrit Hobbes, cet homme à la liberté de désobéir. Dans ce sens, malgré une toute puissance, le roi de droit divin respecte l'Homme.
Le despote exerce lui le pouvoir seul et sans contrôle, il gouverne avec une autoritéabsolue et arbitraire et s'arroge une autorité tyrannique pour dominer un peuple auquel il impose sa volonté, sa loi. Hobbes dit : "la liberté des sujets dépend du silence de la loi", or le totalitarisme est un régime qui prétend parler de tout et dicter sur tout ce qu'il est interdit ou obligatoire de faire, l'autorisé étant réduit à néant. Il régente toutes les dimensions et tous les aspects de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Autrui est-il une limite à ma liberté ?
  • La liberté a-t-elle des limites?
  • FAUT-IL FIXER DES LIMITES À NOTRE LIBERTÉ ?
  • Dissertation «la liberté obéit-elle à des limites?»
  • Faut-il fixer des limites a notre liberte?
  • Existe t-il une limite à la liberté d'expression?
  • Les limites à la liberté de commerce et de l'industrie
  • Les limites à la liberté d'expression mars 2010

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !