Y a-t-il un principe d'ordre dans les pensées de blaire pascal ?

1289 mots 6 pages
Les Pensées sont les papiers d'un mort, un livre posthume inachevé. Quand on découvre le livre pour la première fois, il ne semble être qu'une succession de notes couchées sur papier à la « va-vite », fusant comme fusent les idées dans une tête. Plus la lecture avance, et plus l'on décèle de contradictions, de paradoxes. Certes, comme on l'a vu dans la question 1, cela s'inscrit dans une démarche argumentative qui vise à persuader, mais il ne faut pas non plus détacher le propos de son auteur: Pascal était un génie doté d'une intelligence exceptionnelle, et la complexité des Pensées est telle que l'on peut aussi y voir la profondeur de sa façon de voir le monde, comme s'il avait couché son cerveau sur papier. Seulement les Pensée poursuivaient un but précis: ramener les athées vers la religion chrétienne.

En effet, le but poursuivi est tout de suite posé dans la première liasses (Ordre) où l'on peut voir quelques ébauches de plan (Fr. 4). L'écriture à première vue chaotique de Pascal a donc bel et bien une fin définie dès le début. De plus, Pascal était sur la fin de sa vie et était de plus en plus malade et faible: il savait qu'il ne lui restait que peu de temps et qu'il fallait donc aller à l'essentiel et être également le plus efficace dans ses propos.
Comme on l'a vu dans la question 1, Pascal nous offre en fait une argumentation complexe et rigoureusement précise. De plus, la moitié des Pensées était déjà classée par groupes d'idées (les liasses) en fonction de fonction dans le livre, de leur place dans l'argumentation et de leur visée. Hélas l'autre moitié du livre, nommée dans cette édition « Papiers découpés en attente de classement » prouve qu'il n'a malheureusement pas eu le temps de terminer son travail de rangement.
Seulement Pascal était, bien avant d'être un apologiste ou théologien, un scientifique chevronné, un génie dépassé par sa propre intelligence et qui a donc besoin, pour s'y retrouver, d'ordonner sa pensée, et donc ici également celle

en relation

  • Le classicisme / le romantisme : une rupture
    2033 mots | 9 pages
  • L'homme est un animal politique
    9734 mots | 39 pages
  • Théâtralité du roman les liaisons dangereuses
    10719 mots | 43 pages
  • Faut il avoir peur de la Liberte Inside 130209
    23034 mots | 93 pages
  • L'utilité sociale de la banque en question
    8640 mots | 35 pages
  • Les theories economiques
    29471 mots | 118 pages
  • grands mythe
    11624 mots | 47 pages
  • Droit civil
    81378 mots | 326 pages
  • Apathie
    217370 mots | 870 pages
  • La mythologie
    10608 mots | 43 pages