Analyse de noces à tipaza d'albert camus

1388 mots 6 pages
On note tout d’abord que Tipaza est grandement apprécié par Camus pour sa nature, son soleil, sa mer. Contrairement à la plupart des personnes qui connaissent, ou ont déjà entendu son nom, il n’associe pas son estime pour cette ville à l’importance de ses vestiges romains et les légendes qu’il révoque : « Bien pauvres sont ceux qui ont besoin de mythes. Ici les dieux servent de lits ou de repères dans la course des journées » (p.15). En effet, pour lui, Tipaza est synonyme de repos « Sur le rivage, c'est la chute dans le sable, abandonné au monde, rentré dans ma pesanteur de chair et d'os » (p.16), de bien-être « pourquoi nierais-je la joie de vivre » (p.18), d’amour et de joie « décor où la tendresse et la gloire se rencontrent » (p.17), et ce n’est en aucun cas son passé qui l’a plusieurs fois amené ici, comme le montre cette citation : « Et qu'ai-je besoin de parler de Dionysos pour dire que j'aime écraser les boules de lentisques sous mon nez? » (p.15).

On remarque ensuite l’utilisation considérable du champs lexical des couleurs lorsqu’il décrit la nature. Effectivement, dès la troisième ligne, on trouve des adjectifs de couleur tel que « la mer cuirassée d’argent », ou « le ciel bleu écru » (p.11). L’auteur utilise ce lexique non seulement pour décrire les fleurs, par exemple : « dans les jardins, des hibiscus au rouge encore pâle, une profusion de roses thé épaisses comme de la crème et de délicates bordures de longs iris bleus », « de grosses plantes grasses aux fleurs violettes, jaunes et rouges » (p.12), « l'héliotrope pousse sa tête ronde et blanche, et les géraniums rouges versent leur sang » (p.13), et « des bougainvillées rosats » (p.11). Mais aussi, pour les objets, tels que les moyens de transports : « l'autobus couleur de bouton d'or », « les bouchers dans leurs voitures rouges » (p.11) ; les bâtiments : « ses murs blancs et roses et ses vérandas vertes » (p.14) et enfin l’alimentation : « grand verre de menthe verte et glacée » (p.17) et « le

en relation

  • Albert camus
    2886 mots | 12 pages
  • surbat
    6436 mots | 26 pages
  • Albert Camus
    5831 mots | 24 pages
  • jonas
    15948 mots | 64 pages
  • apprendre pour vivre
    22163 mots | 89 pages
  • L exil et le royaume
    15632 mots | 63 pages
  • Corpus
    14290 mots | 58 pages