1984 De george orwell

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1812 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1984 DE GOERGE ORWELL

Contexte

George Orwell écrit 1984 en 1948 (l’inversion des 2 derniers chiffres serait une des explications du titre) et le publie l’année suivante.

1984 est communément considéré comme une référence du roman d'anticipation, de la dystopie (Une dystopie — ou contre-utopie — est un récit de fiction peignant une société imaginaire, organisée de telle façon qu'elleempêche ses membres d'atteindre le bonheur, et contre l'avènement de laquelle l'auteur entend mettre en garde le lecteur. La dystopie s'oppose à l'utopie : au lieu de présenter un monde parfait, la dystopie propose le pire qui soit. La différence entre dystopie et utopie tient moins au contenu car après examen, nombre d'utopies positives peuvent se révéler effrayantes qu'à la forme littéraire et àl'intention de son auteur), voire de la science-fiction en général. La principale figure du roman, Big Brother, est devenue une figure métaphorique du régime policier et totalitaire, ainsi que de la réduction des libertés.
Il décrit une Grande-Bretagne postérieure d'une trentaine d'années à une guerre nucléaire entre l'Est et l'Ouest censée avoir eu lieu dans les années 1950, où s'est instauré unrégime de type totalitaire fortement inspiré à la fois du stalinisme et de certains éléments du nazisme. La liberté d'expression en tant que telle n’existe plus. Toutes les pensées sont minutieusement surveillées, et d’immenses affiches trônent dans les rues, indiquant à tous que « Big Brother vous regarde » (Big Brother Is watching You).
Résumé
Winston Smith, habitant de Londres en Océania, estchargé de réécrire l’Histoire dans le cadre de son travail au Ministère de la Vérité. Il prend conscience qu’il n’a pas de pensées si orthodoxes qu’il devrait en avoir aux yeux du Parti. Susceptible d’être traqué par la Police de la Pensée, il cache ses hérésies et sa haine du Parti derrière un visage de marbre, mais implose intérieurement de révolte. Il commence à écrire un journal : il veut laisserune trace du passé et de la vérité, et comprendre le pourquoi de cette dictature.
Il tombe amoureux de Julia, une jeune femme du commissariat aux romans, membre de la ligue anti-sexe. Ils s’aiment et font l’amour clandestinement dans une mansarde louée dans le quartier des prolétaires. Ils savent qu’ils seront condamnés, que tôt ou tard ils devront payer le prix de tous ces crimes envers leparti. Ils rêvent cependant d’un soulèvement, d’une résistance ; ils croient au mythe d’une incertaine fraternité qui existerait quelque part et unirait les gens comme eux contre le Parti. C’est pourquoi ils finissent par aller à la rencontre d’O'Brien, personnage intelligent et charismatique, membre du Parti intérieur dont Winston a l’intime conviction qu’il est un partisan de la fraternité. O’Brienleur fera parvenir « Le Livre » de Goldstein, l’ennemi du peuple et du Parti, objet de la haine et de la peur la plus intense en Océania. Il y est expliqué tous les tenants et les aboutissants des systèmes politiques et des manipulations psychologiques mis en place en Océania.
Avant la fin de leur lecture, ils seront arrêtés par la Police de la Pensée, amenés au Ministère de l’Amour où ils seronttorturés pendant des jours, des mois, peut-être des années, jusqu’à ce qu’ils oublient et renient leur amour, leur convictions, leur vérité, et qu’ils vouent un amour béat à Big Brother en attendant la mort.

Le monde selon 1984
L’histoire se passe à Londres en 1984, d'où le titre du roman. Le monde, depuis les grandes guerres nucléaires des années 1950, est divisé en trois grands « blocs » :l’Océania (Amériques, Royaume-Uni, Océanie et Afrique), l’Eurasia (Europe et Russie) et l’Estasia (Chine, Inde, Mongolie et Japon) qui sont en guerre perpétuelle les uns contre les autres. Ces trois grandes puissances sont dirigées par différents régimes totalitaires revendiqués comme tels : respectivement l’Angsoc (ou « socialisme anglais »), le « néo-bolchévisme » et le « culte de la mort »...
tracking img