Agriculture au maroc 2011

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1574 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Importance du secteur
 
Le secteur de l'élevage constitue l'une des composantes importantes de l'économie agricole du Maroc. Selon les données de 1997, le secteur participe à 30% de la valeur ajoutée agricole, offre de l'emploi à environ 20% de la population rurale active (MADRPM, 1998a) et approvisionne en matières premières (lait, viande, peaux, laine) certains secteurs agro-industriels. Deplus, il constitue une source de liquidité permanente facilement mobilisable pour la plupart des agriculteurs (surtout en élevage de petits ruminants), il est une source de fumure non négligeable et une force de travail relativement bon marché (la traction animale est encore très utilisée, surtout chez les petits agriculteurs)(Races bovines au Maroc, Boujenane; 2002).
Evolution des effectifsL’évolution des effectifs dépend fortement des conditions climatiques de l’année. Ainsi, les bovins, qui étaient au nombre de 3.7 millions de têtes en 1975, ont connu une chute de 30% durant les années de sécheresse de 1980-83. Depuis 1985, les troupeaux se sont reconstitués lentement pour atteindre en 1990 le même niveau qu’en 1975. La sécheresse qui a eu lieu entre 1992 et 1995 a de nouveau réduit leseffectifs à 2.4 millions de têtes (Races bovines au Maroc, Boujenane; 2002). Actuellement, le cheptel bovin est estimé à 2728,8 millers de têtes (2004).
[pic]
Sources : Les races bovines au Maroc, Boujenane 2002; MADRPM/DE (2004)
Pour les ovins, les effectifs sont passés de 16.7 à13.4 millions de têtes de 1970 à 1974, pour arriver à 16.5 millions de têtes en 1980. Les années 1981-82,caractérisées par une forte sécheresse, ont provoqué une chute des effectifs pour arriver à 10.1 millions de têtes en 1982. Depuis le cheptel s’est reconstitué pour atteindre 17.2 millions de têtes en 1992, suivi d’une baisse pour remonter à ce même chiffre en 1998 (Races bovines au Maroc, Boujenane; 2002). Actuellement, le cheptel ovin est estimé à 17026,3 millers de têtes (2004).
[pic]
Haut du formulaire[pic][pic][pic][pic]
[pic]
Bas du formulaire
[pic]Sources : Les races bovines au Maroc, Boujenane 2002; MADRPM/DE (2004)

Production de viande
La production de viandes rouges connaît aussi des fluctuations importantes liées aux aléas climatiques, ce qui conditionne directement le niveau des prix et par conséquent celui de la consommation.
Ses principales caractéristiques peuvent se résumercomme suit:
- Une production saisonnière, dont l’ovin joue un rôle déterminant;
- Le mode de conduite est extensif, surtout pour l’ovin;
- La concentration des naissances sur une période;
- Le cycle de production court pour l’ovin et long pour le bovin.
Ces éléments font que la mise sur le marché des viandes est dictée par l’ovin au printemps et en été (surtout en raison de la fortedemande). De part son cycle long, le bovin offre une plus grande souplesse pour la mise sur le marché; dès lors, l’offre est importante en automne et en hiver, période où l’offre en viande ovine est minimale (Races bovines au Maroc, Boujenane; 2002).
[pic]
Sources : MADRPM (2003)
La production de la viande bovine est estimée à 174.000 tonnes en 2003, soit une augmentation de 1% par rapport à l'année2002, celle de la viande ovine est de 120.000 tonnes, soit une augmentation de 3% par rapport à l'année 2002 (MADRPM-Elevage en chiffre; 2003).
Production laitière
Depuis le lancement du plan laitier en 1975 (mise en place de structures de production, de collecte et de transformation), ce secteur a connu une progression notable passant de 521,6 millions de litres en 1975 à 1,020 milliards delitres en 1998, soit un taux de progression moyen annuel de 3.2 %. Des chutes de production laitière se sont faites également sentir pendant les périodes de sécheresses de 81-83 et 93-95. La part de la production qui passe par l’industrie laitière (lait usiné) a connu aussi une croissance rapide, passant de 108 millions de litres en 1975 à 615 millions de litres en 1998 (Races bovines au Maroc,...
tracking img