Analyse de l'emume des jours

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1133 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Comme il me l’a été vivement conseillé, je suis partie à la découverte du roman L’Ecume des jours de Boris Vian. Il m’a semblé que ce doit être une œuvre qu’il peut être intéressant d’étudier dans le cadre scolaire, alors, petite mise en garde, il n’y aura dans cet article que quelques idées, des impressions, et en aucun cas de quoi rédiger un quelconque commentaire littéraire…

Ledébut est léger et burlesque à souhait, lors des premières pages l’on retient difficilement son fou rire, puis au bout du moment, c’est un grand éclat de rire trop longtemps retenu qui surgit, à la grande incompréhension des gens qui vous entourent… Voici un petit conseil, si l’idée vous dit de l’aborder, alors commencez le chez vous, seul et après… et bien restez chez vous, vous ne serez pasd’une humeur à vous afficher en société, besoin de calme pour réfléchir oblige…

Bref, Boris Vian, s’il vous est inconnu vous paraitra comme le comique de son temps… Voici quelques lignes pour étayer cette idée. Savourez, la suite est moins gaie.

« La porte claqua derrière lui avec le bruit d’une main une sur une fesse nue… Ça le fit tressaillir…

- Je veux penser à autre chose… Supposonsque je me casse la gueule dans l’escalier… »

[…] « La porte extérieure se referma sur lui avec un bruit de baiser sur une épaule nue… »

« Et puis il toussa, car il s’était, par malheur, rencontré avec un piquant de hérisson dissimulé dans le gâteau… »

« Les frères Desmaret s’habillaient pour la noce. Ils étaient très souvent invités comme pédérastes d’honneur car ils présentaient bien.[…] Ils avaient embrassé la carrière de pédérastes par nécessité et par goût, mais, comme on les payait bien pour être pédérastes d’honneur, ils ne travaillaient presque plus, et malheureusement, cette oisiveté funeste les poussait au vice de temps à autre. C’est ainsi que, la veille, Coriolan s’était mal conduit avec une fille. […] Ils avaient des culottes spéciales, à braguettes e, arrière,difficile à fermer tout seul. »

Lors du mariage de Colin et Chloé :

« Devant Colin, accroché à la paroi, on voyait Jésus Christ sur une grande croix noire. Il paraissait heureux d’avoir été invité et regardait tout cela avec intérêt. »

Lors de l’arrivé de « Jean-Sol Partre » :

« Nombreux étaient les cas d’évanouissement dus à l’exaltation intra-utérine qui s’emparait particulièrement dupublic féminin… »

« Heureusement, la totalité du plafond s’abattit dans la salle, évitant à Isis de donner des détails. »

Chez le « pharmacien » :

« Derrière Chick et Colin, s’étendait une vaste fresque représentant le marchand de remèdes en train de forniquer avec sa mère, dans le costume de César Borgia aux courses. »

« Le libraire fumait le calumet de paix, assis sur les œuvrescomplètes de Jules Romains qui les a conçues pour cet usage. »

Mais qui commettrait l’affront de rédiger un roman où comme le dirait Leibniz « Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes »… à part quelques boutons sur le nez ? Personne… Et Boris Vian n’échappe pas à la règle. Colin, son personnage principal, à qui tout destinait le bonheur, se marie avec Chloé. Nicolas, leur cuisinierque son uniforme métamorphose excelle dans la préparation de mets dont les appâts prêtent à sourire. Chick, ce passionné de Jean-Sole Partre trouve une autre âme à aimer en la personne d’Alise. Hélas, si un tel bonheur pouvait durer, nous ne nous serions pas remis en question une seule fois le long de ces 174 pages.

La vie sourit, le soleil les éclaire de ses rayons bienfaisants jusqu’au jour oùla moitié de Colin attrape un « nénuphar ». Ce nénuphar grandit en elle et bouscule l’un de ses poumons en espérant bien se détacher de cet ennuyeux colocataire. La pire chose qui pourrait arriver serait qu’il fleurisse. Pour éviter cela, un seul remède, Chloé doit vivre entourée de fleurs. Elle est bercée par ces délicats parfums mais souffre, lorsqu’elle approche une fleur pour la...
tracking img