Article

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3841 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Quelques articles de presse récents pouvant être utilisés dans les classes de Terminale repérés par Gilles QUESTIER et Cécile GOURDON, Lycée Evariste de Parny
Quelques articles pouvant être utilisés pour le programme de géographie 1- Chapitre sur la mondialisation
La fraise de Huelva : la mondialisation à l’œuvre La région de Huelva, petit coin d’Andalousie océanique est devenu, depuis lesannées 1970, le paradis de la fraise. Bien qu’espagnole, cette agriculture, essentiellement exportatrice, avec ses milliers de tonnes de fruits produits chaque année (286 000 en 2004, 87% à l’export, principalement vers la France, le Royaume-Uni, la Belgique et l’Allemagne), n’a plus grand-chose de méditerranéenne hormis son nom. Huelva est le royaume de la fraise camarosa, une variété brevetée. Lessemences ont été mises au point au soleil de Californie. C’est là que le pionnier espagnol, Antonio Médina, est allé se fournir, dans les années 1960. C’est toujours le cas. Aujourd’hui, l’entreprise Las Madres y achète les plants, puis les commercialise, après pépiniérage, dans toute la Région. La cueillette de la fraise reste totalement manuelle. La main d’œuvre est donc un élément majeur du coûtde production de ce fruit fragile, et une préoccupation permanente des producteurs. Aujourd’hui, elle vient du Maroc, de pays subsahariens, un peu d’Amérique latine et pour plus de la moitié d’Europe centrale et de l’Est, majoritairement de Pologne et de Roumanie Michel Sanson, Le Monde, 14 juin 2006 Roumanie : les salariés partent, les chinois les remplacent Environ deux millions de Roumains sontdéjà partis travailler dans l’espace Schengen de l’UE, où ils circulent sans visa depuis 2002. De source officielle, l’Italie en accueille 300 000. Mais ils seraient 1 million. Leur seconde destination préférée est l’Espagne. On y compte officiellement 317 000 Roumains, et environ 500 000 officieusement. L’Allemagne et la France viennent ensuite. Ils y travaillent principalement dans le bâtiment,la restauration, l’Hôtellerie et l’agriculture. Malgré une forte croissance économique depuis 6 ans, la Roumanie n’offre à ses 22 millions d’habitants qu’un salaire moyen de 250 euros. En 2005, selon la Banque Centrale, ces travailleurs à l’étranger y ont renvoyé 3 milliards d’euros (…) qui contribuent à faire tourner l’économie. Mais en même temps, de plus en plus d’entrepreneurs se plaignentdes difficultés qu’ils rencontrent pour trouver de la main d’œuvre. En mai, une entreprise textile de Bacau, une ville à l’est du pays, a dû embaucher un millier de chinoises pour pouvoir pallier le manque de main d’œuvre locale. En même temps, à Bucarest, rue Bezescu, des dizaines de Roumains attendent tous les matins l’autocar qui les emmènera vers les champs ensoleillés d’Andalousie. Mirel Bran,Le Monde, 14 juin 2006 → A partir de ces deux textes, on peut effectuer un schéma à l’échelle planétaire montrant les différents flux qu’entraînent la production de fraises de Huelva

2- chapitre sur l’Asie orientale Le grand retour de l’Orient

Au cours des dernières décennies, la plupart des pays d’Asie ont connu une dynamique de développement et de modernisation technologique qui, enl’espace de quelques générations, a fait surgir des économies industrielles à la place d’économies agraires et transformé des Etats autrefois marginaux en acteurs clés de l’économie mondiale. A la suite du Japon, précurseur, les nouveaux pays industrialisés (NPI) d’Asie du Nord-est sont passés en moins de quarante ans d’un stade précapitaliste à celui de pays à revenus moyens ou élevés. La Chine a à sontour réussi son déploiement économique au cours des années 1980- 1990. Avec un taux de croissance annuel dépassant 8%, la Chine a sextuplé son PIB et se situe désormais au troisième rang des pays commerçants. Elle reste la première destination des investissements étrangers (IDE) parmi les pays dits émergents (62 milliards en 2004). La dynamique de développement régional ne résulte pas de la...
tracking img