Automne malade de guillaume apollinaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (922 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Guillaume Apollinaire est un poète français du XXème siècle. Il est né en 1880 et mort en 1918. Il a écrit deux œuvres célèbres de la poésie moderne, le recueil Alcools (parut en 1913) et le recueilCalligramme (parut en 1918). Le court poème de 23 vers « Automne malade » est un des derniers poèmes du recueil Alcools situé entre «A la Santé » et « Hôtels ». Placé sous le thème de l’automne,récurant chez Apollinaire, ce poème et cette saison sont associés à la tristesse, la souffrance, l'affection, et la mort de l’amour.
Par quels procédés l'auteur arrive-t-il à exprimer une émotion ?
Pourcommencer, nous analyserons le paysage automnal qu'utilise le poéte, afin de pouvoir ensuite étudier l'émotion personnelle de celui-ci.

En effet, Guillaume Apollinaire prend pour cadre, sa saisonfavorite : l'automne. Dès le début, nous avons le titre "automne malade" qui nous place tout de suite dans le contexte du temps et donc de la saison : l’automne, qui est d’ailleurs répété dès le premiervers. L'automne est ici accompagné de l’épithète « malade », ce qui peut le situer dans le thème de la maladie et donc de la mort. Apollinaire évoque cette saison qu’il "adore" (v.1) et lui avouedirectement ("Tu") que sa fin est proche : "Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roserais[...]" ( v. 2,3 et 4 ) Ce qui signifie l'arrivée de l'hiver et donc la fin de l'automne. Nous pouvonsdonc remarquer que les symboles de la vie sont ici "les roserais" (v.2) et "les vergers" (v.4). Ce sont les reflets de la beauté de la nature. Le poéte met en avant ce paysage automnal également enfaisant une métaphore au vers 10 : Il imagine les plantes comme étant des déesses germaniques : " nixes [...] aux cheveux verts et naines ". Cela a pour effet de renforcer la beauté de ce paysage.
Il luiexprime en même temps sa sympathie par l’adjectif "adoré" (v.1) et par un adjectif de compassion : "pauvre automne" (v.5). Nous pouvons donc effectuer deux champs lexicaux. Tout d'abord celui de...
tracking img