Commentaire, marie, apollinaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1943 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
MARIE

Introduction :

Guillaume Apollinaire est un poète contemporain du 20ème siècle né en 1880. Il se fit le porte-parole de la modernité et est considéré comme le précurseur du Surréalisme. Ce mot découle d’un néologisme d’Apollinaire en 1918 cette date correspondant aussi à l’année de sa mort.
Alcools, est un de ses recueils publié en 1913, initialement appelé Eau de vie, dont estextrait ce poème « Marie » écrit en 1912 qui pourrait être influencé par sa rupture avec Marie Laurencin datant de la même année. Ou peut-être lié à la femme plus généralement Marie étant un prénom très répandue et l’anagramme du verbe « aimer »
LECTURE
Ainsi allons-nous tenter de répondre à la problématique énoncée en ces termes :
Sur quoi repose la modernité du lyrisme d’Apollinaire ?Conclusion :

Ainsi, ce poème de fin d'amour, " Marie" est une oeuvre élégiaque marquée par une tristesse diffuse émanant des thèmes abordés : le passage du temps et l'altération des sentiments humains. Poème de tradition lyrique, il utilise une strophe et un mètre semblables à ceux de "La Chanson du Mal-Aimé" : le quintil (= cinq vers) d'octosyllabes (octo = huit). Mais c'est aussi un poème moderne,systématisant la juxtaposition des scènes dans le temps et l'espace. Par ce trait, constitutif de son écriture, le poète Apollinaire se montre proche des peintres cubistes, Picasso, Braque dont il est devenu l'ami et dont il défend l'esthétique : la juxtaposition d'un très grand nombre de points de vue sur la même personne, comme par exemple quand Picasso représente Dora Maar en 1937 à la fois deface et de profil, dans un seul portrait.

1) La structure du poème
· Rupture, naissance, évolution, rupture
Dans ce poème, l'évocation de l'histoire d'amour commence par la fin. La première strophe s'achève sur une absence, celle de la femme aimée,. Mais cette absence n'est pas dite, elle n'est que suggérée par l'interrogation, abrupte et angoissée du jeune homme : "Quand doncreviendrez-vous Marie" (v. 5).
La deuxième strophe évoque, pour sa part, les débuts de l'amour, lors d'un bal masqué. C'est un amour délibéré ("Oui je veux vous aimer", v. 9) ; il ne s'engage pas à fond ("mais vous aimer à peine", v. 9); il se savoure comme une friandise ("Et mon mal est délicieux", v. 10).
La troisième et la quatrième strophe marquent l'incertitude : celle du protagoniste (le jeunehomme qui dit «je») sur ses propres sentiments (« (...) que n'ai-je / Un coeur à moi ce coeur changeant / Changeant », v. 13-15) ; incertitude aussi à l'égard de la jeune femme («Sais-je où s'en iront tes cheveux / Et tes mains», v. 18-19) ; incertitude enfin quant au devenir des «aveux» (v. 20) d'amour qui. telles les feuilles mortes, «jonchent» (v. 20) 'l'automne.
Enfin, la cinquième stropheexprime la peine du jeune homme: «Le fleuve est pareil à ma peine / Il s'écoule et ne tarit pas» (v. 23-24) et son impatience devant l'absence de la jeune femme : Quand donc finira la semaine» (v. 25).
· Une composition en boucle fermée
Ce poème commence donc par la fin de l'histoire qu'il évoque ; puis il en retrace chronologiquement les étapes, depuis la naissance de l'amour jusqu'à ladivergence des sentiments dans le couple : la femme s'en va, l'homme la regrette. Ainsi, l'interrogation qui clôt la première strophe : "Quand donc reviendrez-vous Marie" v. 5), fait logiquement suite à celle sur laquelle s'achève le poème: " Quand donc finira la semaine" (v. 25).
On est alors en droit de parler de composition en boucle fermée ou circularité : c'est un schéma fréquent del'écriture apollinienne, celui par lequel le début d'une oeuvre s'articule, logiquement et chronologiquement. à son dénouement.
2) La temporalité : passage et pérennité
· Passage du temps, passage des sentiments
Dès ses deux premiers vers :
Vous y dansiez petite fille
Y danserez-vous mère grand

le poème s'inscrit dans le temps, c'est-à-dire dans un mouvement irréversible où tout...