Bal-ami, maupassant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1500 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Maupassant grand auteur du XIXème siècle, dénonce dans ses romans comme beaucoup d'auteurs réalistes, la misère du peuple (en opposition au mouvement romantique). Ainsi dans Bel-ami, publié en 1885, Maupassant décrit dans le chapitre III les conditions de vie de Duroy le personnage principal qui vit en plein coeur de la misère parisienne. C'est pourquoi l'auteur alterne la description du cadrede vie du personnage et son portrait. Nous pouvons nous demander quel est l'interêt de cette alternance. Pour répondre à cette question, nous montrerons tout d'abord que la description du cadre de vie du héros est réaliste, ensuite nous analyserons son portrait afin de monter qu'il s'agit d'un anti-héros et nous mettrons en évidence les liens qui existent entre le personnage et son cadre de vie.Maupassant décrit le cadre de vie du héros en restant le plus proche possible de la réalité afin de donner une impression d'authenticité. Pour cela il utilise plusieurs procédés du registre réaliste.
Pour commencer, Maupassant donne au lecteur plusieurs informations afin qu'il puisse s'imaginer le cadre de vie du personnage principal. Le récit est ancré dans un cadre spatio-temporel précis.Duroy habite un appartement "au cinquième étage", de sa fenêtre il voit le "chemin de fer de l'Ouest". Il est situé "près de la garre Batignolles""du côté d'Asnière". Le train est décrit minutieusement, chez les ecrivains réalistes ce thème revient souvent, en effet ils s'inspirent beaucoup des découvertes technologiques de leur époque. Dans cette description, le vocabulaire employé est spécifiqueet le champs lexical du train est présent, : "wagon", "tunnel", "coup de sifflet". De nombreuses comparaisons permettent au lecteur de s'imaginer à quoi ressemblent les choses, ainsi on sait que "les trois signaux rouges"sont comparés à "de gros yeux de bête", "les coups de sifflet" sont "comme des appels de voix". De plus l'auteur ici fait appel aux sens du lecteur, on trouve en effet beaucoup dejeux sur les lumières et les couleurs, comme "signaux rouges" ou bien "une grosse lumière jaune", mais aussi des indications sonores c'est le cas par exemple du "cri plaintif" ou du train qui arrive "avec un grand bruit" ou bien encore des "coups de sifflet prolongés ou court", qui sont "à peine perceptibles". Grâce à ces précisions le lecteur peut plus facilement imaginer la scène qui ainsi luiparait plus réel.
Ensuite, le personnage évolut dans un environnement de misère, il fait partit d'une classe sociale plutôt défavorisée. Il ne possède que peu de mobilier, il est écrit : sur "sa table", il a un "petit lit de fer" et "une chaise de paille", on ne trouve pas d'autre indication sur ses biens, il est donc plutôt pauvre. Ses murs "gris" sont longuement décrits, la tapisserie compte"autant de taches que de fleurs", des taches "dont on n'aurait pu dire la nature". Les vêtements sont posés sur le lit, ce sont des "habits de tous les jours", ils sont "vilains comme les hardes de la Morgue", ils sont donc usagés et misérables. Ces indications de la vie quotidienne, ces détails en apparance banals prouvent donc au lecteur que Duroy vit dans une grande pauvreté. Il n'y a pasd'hygiène, car tout est sale, pas de confort car il possède peu de choses. On ressent donc de la pitié pour l'homme qui vit dans ces conditions.
Pour finir, cette description se fait au travers du regard de Duroy, comme l'indiquent les passages suivants "Duroy regarda le long chapelet de wagons" et " il appercut ses habits de tous les jours". Ainsi le lecteur voit la même chose que le personnage, ille voit aussi du même point de vue. En effet le point de vue de cet extrait est interne, on a donc accès aux pensées du héros, on sait donc ce qu'il pense, par exemple on sait qu'il ressent une "exaspération""contre la pauvreté de sa vie". De plus le narrateur afin de montrer l'objecivité de la description est totalement effacé. Ces procédés d'écriture renforcent l'impression que ce qui est écrit...
tracking img