Biographie de mme de la fayette

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (546 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, la comtesse de La Fayette est issue d'une famille de petite noblesse de robe. En 1649, elle perdit son père et le remariage de sa mère avec le chevalier deSévigné, qui fut frondeur, entraîna le départ de la famille en Anjou (1652). Cet exil n'empêcha pas la carrière mondaine et littéraire de la future Mme de La Fayette. Dès 1651, elle devint, grâce à laprotection de sa marraine, la duchesse d'Aiguillon, demoiselle d'honneur de la reine mère Anne d'Autriche, ce qui lui permit d'entrer en relation avec l'aristocratie du temps : elle fut présentée à Henriettede France et à sa fille (Henriette d'Angleterre, qui épousa le frère de Louis XIV en 1661), se lia avec Mme de Sévigné (1657), et fréquenta le salon de Mme du Plessis-Guénégaud. Ayant épousé le comtede La Fayette (1655), elle vécut avec lui sur ses terres d'Auvergne jusqu'en 1660, date à laquelle elle revint à Paris. Dans le salon qu'elle y tint, elle reçut Gilles Ménage, qu'elle rencontra en1651 et qui tomba amoureux d'elle, Pierre Daniel Huet, Jean de Segrais et le duc de La Rochefoucauld, avec qui elle noua, en 1665, une relation d'amitié qui ne s'éteindra qu'à la mort de celui-ci(1680). Ces intellectuels contribuèrent à former et à exercer son esprit. Familière des salons littéraires de la capitale, citée dans le Dictionnaire des précieuses (1660) de Somaize, Mme de La Fayette netarda pas à s'adonner à la littérature. En collaboration avec Ménage, elle composa d'abord une nouvelle, la Princesse de Montpensier, (1662) que, par souci de son rang, elle fit paraître anonymement(il n'était pas d'usage, au XVIIe siècle, qu'un aristocrate, et surtout une femme, publiât un roman).

Vraisemblablement en collaboration avec La Rochefoucauld, elle écrivit ensuite Zaïde(1669-1670), que signa Segrais. Enfin, en 1678, elle publia, sous l'anonymat, la Princesse de Clèves. Assez vite attribué à Mme de La Fayette, cet ouvrage passe pour le chef-d'œuvre du roman classique et...
tracking img