Boris vian biograpgie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (892 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Irrévérencieux chronique avec les uniformes, les porteurs de religion, Boris Vian savait se fâcher en créations avec les crétins aux semelles de crottin et contrer le bois dur du bâton qu’on luitendait pour le battre. Il tenait sa liberté de penser de son père qui s’accordait à la joie de vivre dans la fête et la révolte. En revanche sa daronne c’était plutôt du genre de bon cœur : je teklaxonne mon fils à ne point prendre froid et ne pas t’essouffler depuis le temps où à douze son palpitant commença à battre la java sans crier garde à vous. Du souffle il en avait pourtant pour créer à encrever, tant il savait son temps compté. Il fit des rencontres qui lui inspirèrent des personnages et même des chansons. A voir la tronche chafouine de « Bison Ravi » le jour de son mariage avecMichelle, c’est Boris qui enterrait sa vie libre et entrait en famille à reculons, en chantant en sourdine pour son épouse « Ne vous mariez pas les filles » !


Son esprit de corps ouvert se traduisaitaussi selon l’équation pour le moins rationnelle dévolue aux arts et expressions en liberté, lorsqu’on lui posait la question sur la raison pour laquelle il avait suivi une formation d’ingénieur àl’Ecole Centrale. « Parce que c’était une école où on l’on pouvait tout apprendre ».

Il apprendra toute sa vie à se démarquer, quitte aussi à déplaire au point d’être rayé voir railler par leséditeurs, le trouvant sans doute trop avant-gardiste. Il souffrira de l’arrogance des publicateurs, imprécateurs, prédicateurs censeurs sans égard pour son génie. Comme un boomerang son succès posthume rirabien qui rira le dernier, sauf que ce trop cher Boris se repose désormais dans sa tombe le cœur léger à trinquer à la bonne santé de son œuvre littéraire adulée ! Merdre de merdre, quel hurluberlu !Même ses aminches qui se démenaient pour lui étaient impuissants contre la machine commerciale à broyer la littérature en liberté. Ainsi Raymond Queneau (encore un matheux de formation, étonnant non...
tracking img