Cc sur ronsard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1105 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DEVOIR

Les guerres de religions ont éclataient entre chrétiens catholiques et protestants en 1562, et beaucoup de personne se sont engagées dans la protection d’un des coté
En effet Ronsard en est un est des poètes français les plus importants du xvie siècle qui s’est engagé à la défense des catholiques. Auteur d’une œuvre vaste qui, en plus de trente ans, a touché aussi bien la poésieengagée et « officielle » dans le contexte des guerres de religions avec les Hymnes et les Discours.
Notre passage du 5ème chapitre du discours des misères de ce temps va du vers 335 au vers 372, décrit le regret des Roi et la façon dont ils pensent après la guerre.
Dans une première partie nous allons montrer la France détruite totalement et à cause de qui et dans une deuxième partie nous allonsdécrire sont état actuel après sa destruction total.

La France est détruite peu à peu jusqu'à l’arrivé à la destruction totale.
La France est détruite par les protestants.
Une métaphore qui sous entant la ville de Genève vers 337 « Une ville est assise és champs Savoysiens » dénonce les protestants comme destructeur de la France, voleur et saccageurs avec le mot « fraude ».
On peut voir un coupd’état paraitre à partir du vers 338 ou il dit «  chassé ses seigneurs anciens ».
Le rime de « Savoysiens » avec « ancien » assiste sur le fait que les protestants sont juste quelque chose qui vient d’apparaitre et qui vient de renverser toute choses ancienne en sa route : Le catholicisme, les Rois catholiques, même le régime car on instaure le Calvinisme.
Vers 339 et 340 des rimes « apostasie » et« hérésie » montre le changement de catholicisme à protestantisme et l’erreur dont les protestants commettent en matière de fois, pour Ronsard le protestantisme est cela.
De vers 351 à 372 une grande métaphore décrit les protestants comme la bête qui mange la France « chenille ».

D’une autre partie c’est la faute aux Rois.
Ronsard met la faute sur les Rois aussi car ils n’ont pas essayéd’arrêter ses guerres avant quelles grandissent et deviennent les préoccupations des Français.
Vers 341 – 342 il reproche aux Rois qu’ils ne s’intéresser qu’aux guerres d’Italie, il veut nous faire comprendre nous lecteur que les Rois était tout le temps en train de penser comment agrandir leur territoire et ne regarder pas à l’intérieure de leur territoire et cela fus l’anéantissement de leurterritoire.
De vers 351 à 372 une grande métaphore décrit les protestants comme les chenilles qui mange le travail du laboureur qui représente les Rois et qui se lamente plus tard de ne pas avoir réagit face à ces chenilles avant qu’ils grandissent.
Vers 368, Ronsard fait en sorte que le Rois ce dénonce comme maitre de cette destructions « Il voit que c’est sa faulte ».
Vers 369 « Roys aux guerress’efforçaient » pendant que « ces chenilles croissaient », d’une façon il reproche aux Rois de s’être endormit pendant que les protestants grandissaient en pouvoir.
Vers 368 « Il voit que c’est sa faulte » il reproche aux Rois ici que c’est leur faute a partir du laboureur.
Vers 351 Ronsard reproche aux Rois d’être inutile car ils n’ont fait aucun geste pour essayer d’arrêter cette guerre.

Eneffet cette destruction est très malheureuse.
Un champ lexical du trouble, des problèmes et du malheur domine dans le passage : Vers 335 « contrainte », vers 336 « aigrement », « pleinte », vers 338 « fraude », « chassé », vers 339 « miserable », « apostasie », vers 340 « heresie », vers 344 « chetive », reprise de « miserable », vers 346 « infelicité », vers 349 « negligence », etc…
Vers 348 – 349les rimes de « destin » et « fin », Ronsard montre par la que le destin de la France serait sa fin à lui car il se sent une partie de la France, il se détruit avec.
Vers 335 – 336 la prosopopée fait en sorte que la France soupire aigrement avec malaise, et elle se plein donc le malheur est très fort que même la France commence a souffrir et avoir des sentiments (au sens figuré).

Sa y...
tracking img