Charlie chaplin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2851 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dictateur (Le)
Auteur : CHAPLIN Charles Spencer Pays : USA Année : 1940 Genre : Burlesque Dispositif : Collège au cinéma 1992-1993
Droits réservés image : MK2

Synopsis
La guerre de 14-18. Sur le front, un soldat de Tomanie, le barbier juif, qui a tout de Charlot, et rien d’un héros, sauve pourtant le colonel Schultz puis perd la mémoire dans un accident à ses côtés. Toujours amnésique, ils’échappe de l'hôpital et réussit à retrouver sa boutique dans le ghetto. Ignorant tout de la politique antisémite de son sosie, le dictateur Hynkel, il entreprend d'effacer une inscription "juif" sur sa vitrine et est arrêté par deux S.S. Malgré le secours d’Hannah armée d'une poêle à frire, il est sur le point d'être pendu quand passe le colonel Schultz. Le reconnaissant, il le fait libérer etl'assure de sa protection. Ayant besoin d'un prêt du banquier juif Epstein, Hynkel fait momentanément cesser les persécutions dans le ghetto où une idylle naît entre le barbier et Hannah. Après s’être heurté au refus du banquier juif, Hynkel est, furieux et les pogroms reprennent. Schultz, ayant manifesté sa désapprobation, est condamné au camp de concentration et va se cacher... dans la cave deMonsieur Jaeckel, patron d’Hannah. Le barbier, réfugié sur les toits, voit sa boutique brûler. Schultz propose en vain aux amis de Monsieur Jaeckel de mettre une bombe au palais. Schultz et le barbier sont pris ; on les retrouve en camp de concentration. Lors de la visite du dictateur de Bactéria (Napaloni), Hynkel finit par signer le traité de ce dernier pour tromper sa méfiance... Schultz et lebarbier s'enfuient du camp en costume de l'armée tomainienne. Pris pour Hynkel, le barbier est salué par l’armée en train d’envahir l’Osterlich... Poussé à la tribune, Charlot/barbier/Chaplin lance alors un vibrant appel aux hommes de bonne volonté pour s'unir afin de sauver les valeurs humanistes. Hannah l'entend et, se détachant sur un ciel chargé de nuages, sourit.

Générique
Titre original TheGreat Dictator Production : Chaplin - United Artists Producteur exécutif:Charles Chaplin Scénario : Charles Chaplin Réalisation : Charles Chaplin Dir. Photo : Karl Struss, Roland Totheroh Décors :J. Russel Spencer Montage : Willard Nico Musique : Chaplin, Wagner, Brahms Direction musicale : Meredith Willson Assistants-réalisateurs : Dan James, Wheeler Dryden, Bob Meltzer Son : Percy Towsend, GlennRominger Interprétation : La cour de Tomania : Hynkel / Charles Chaplin Napaloni / Jack Oakie Schultz / Reginald Gardiner Garbitsch / Henry Daniell Herring / Billy Gilbert

Madame Napaloni / Grace Hayle Ambassadeur de Bacteria / Carter de Haven Le ghetto : Le barbier juif /Charles Chaplin Hannah /Paulette Goddard Monsieur Jaeckel / Maurice Moscovich Madame Jaeckel / Emma Dunn Monsieur Mann /Bernard Gorcey Monsieur Agan / Paul Weigel Film :35 mm - Noir et blanc Format :1/1,37 Durée :2h Distribution :MK2 Visa : N° 76 035 Début de tournage :9 septembre 1939 Sortie pays d'origine :2 octobre 1940 Sortie à New York :16 octobre 1940 Sortie en France :Mars 1945

Rôles
Le Dictateur Le film fait intervenir deux personnages sosies que la situation sociale, l'appartenance idéologique, lapsychologie séparent. Puisqu'ils ont le même corps, comment, en plus des gestes et du costume, introduire le distinguo : par la voix et le discours. Alors que le barbier parle peu, Hynkel passe son temps à proférer borborygmes et discours, les seconds étant ramenés au rang des premiers. Bien sûr, on rejoint ainsi la scatologie propre au cinéma burlesque et la parole devient un des bruits du corps, parmid'autres. Mais la charge va plus loin dans cette double direction qui marque tout le film à la fois d'une méfiance à l'égard de la parole et d'une mobilisation contre le nazisme. La solution choisie par le réalisateur est simple et efficace : il va réunir les deux thèmes et en faire l'axe central de sa mise en scène. Hynkel, Adénoïde : celui qui harangue les foules Chaplin a lui-même décrit...
tracking img