Chevealier de la charette

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (622 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La chevalerie courtoise s’opère principalement par une représentation d’un amour dont Lancelot a pour Guenièvre. Tout d’abord, la dévotion que Lancelot a envers Guenièvre se dégage de ladescription de ce personnage. En effet, « il lui a plusieurs fois rendu hommage et est venu la servir en s’approchant d’elle jusqu’à la limite où il était contraint de s’arrêter, sous peine, en faisant unpas de plus, de ne plus la voir » (l.?). Dans cette citation, le mot «sous peine » (l.?) met en relation la dépendance que lancelot a pour la reine, car « en faisant un pas de plus » (l.?), il risque dene plus voir celle-ci, ce qui représente une peine capital pour ce chevalier. D’autre part, quand il aperçoit la reine dans la tour, il ne détache plus son regard d’elle jusqu’au point de sedéfendre par derrière à l’aveuglette. Cela montre à quel point Lancelot est ébahi par la présence de la reine et qu’il est prêt à mourir pour cette dernière. Outre la dépendance qu’il a, la clé de sapuissance lui vient de cet amour démesuré. Effectivement, « c’est son amour et cette haine mortelle, si grande qu’il n’en a jamais existé de telle, qui le rendent si terrible et si enflammé » (l.?). Aveccette antithèse qui met en valeur l’amour, on constate que cette émotion est la source de toute cette force. De plus, dans ce combat, Lancelot retrouve sa force héroïque grâce à la reine qui lui afait invoquer une flamme d’ardeur dans son corps. Donc, on s’aperçoit que Lancelot est prêt à tout sacrifier seulement pour Guenièvre et que cette force herculéenne lui vient de cet amour qu’il a pourcette dernière.
Par la suite, il est un symbole de liberté pour tous les étrangers qui sont prisonniers. D’entrée de jeu, les prisonniers de ce royaume ont une dépendance envers celui-ci. En effet,« les étrangers, eux, si consternés que leurs jambes se dérobaient sous eux, bon nombre d’entre eux en furent même amenés, dans leur désespoir, à tomber par terre, à genoux ou allongés de tout...
tracking img