Chomage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1233 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
http://www.aed.auf.org/IMG/pdf/K.El_Aynaoui_.pdf

2.2.3 Le chômage
Comme dans de nombreux pays en développement le chômage déclaré au Maroc
est essentiellement un phénomène urbain (voir panels 4 et 5, Figure2). En 2000,
le taux de chômage urbain a été de 21,4 pour cent contre 15,9 pour cent en
1990. En 2000, ceci équivaut à une population de 1,1 million de chômeurs par
rapport à unepopulation active de 5,4 millions.
Solutions au chômage au Maroc
Le chômage au Maroc constitue donc le problème majeur auquel il faut trouver d’urgence les solutions salutaires, car c’est l’emploi qui procure des revenus, détermine le niveau de vie, la nature de l’habitat, le niveau de scolarité, les soins de santé, etc.
Le plus urgent est de déterminer avec exactitude le taux de chômage au Marocjusqu’à présent et le nombre exacte des sans-emploi et de ceux qui, s’ils ne souffrent pas d’un chômage absolu, subissent néanmoins les conséquences fâcheuses du chômage au Maroc déguisé et de la faiblesse des revenus dont ils disposent.
En négligeant le volet social, en renonçant à la création de nouveaux postes budgétaires et en n’encourageant pas le secteur privé pour qu’il investisse dans desactivités productives et créatrices d’emploi, les gouvernements successifs ont accentué la crise du chômage, notamment parmi les lauréats universitaires.
Aujourd’hui, la crise du chômage au Maroc a atteint un niveau grave et nécessite des solutions urgentes. Ce sera la tâche prioritaire à laquelle doit s’atteler le gouvernement et c’est à la lumière des résultats obtenus en matière de créationd’emplois que l’on jugera du succès ou de l’échec de sa politique économique et sociale. Le chômage au Maroc constitue l’obstacle le plus dur à franchir, car c’est le principal handicap à toute entreprise de développement et de progrès et sans la solution de ce problème, on ne peut parvenir à réduire les disparités sociales et régionales ni adopter une quelconque stratégie de développement cohérente etefficiente.
La prochaine loi de finances devra traduire les options du gouvernement en matière d’emploi et c’est à la lumière de son contenu que l’on pourra juger dans quelle mesure il s’engagera à réduire l’intensité de ce fléau qui touche presque toutes les familles marocaines et à lutter contre ses effets et – surtout – ses causes.

5 Conclusion
Réduire le chômage et améliorer le taux decroissance économique sont des
défis fondamentaux pour le Maroc d’aujourd’hui. L’objet de ce papier a été
de développer un cadre quantitatif qui permet l’analyse de l’effet d’une variété
de politiques macroéconomique et structurelle sur la croissance et le marché du
travail au Maroc. La première partie de ce papier a fourni une vue d’ensemble
sur le marché du travail marocain, et a identifiéquelques unes des contraintes
et défis que le pays continuera à affronter dans les années à venir. Ensuite, nous
avons présenté notre cadre quantitatif qui capte plusieurs des caractéristiques
du marché du travail au Maroc, telles que le chômage urbain de la main d’oeuvre
qualifiée et non qualifiée, l’existence de coûts de licenciement, et le rôle de signal
des salaires du secteur public surl’objectif salarial des syndicats et la taxation
salariale dans le secteur urbain formel privé. L’impact de la fiscalité sur le
travail sur le niveau d’emploi, notamment sur la demande de main d’oeuvre non
qualifiée, est une question de politique économique très importante au Maroc.
Notre modèle nous permet de considérer comment les changements dans ces
taxes influencent l’emploi et les salaires tout entenant compte de leurs effets
budgétaires et macroéconomiques.
La troisième partie du papier présente les résultats des simulations d’une ré-
duction du salaire minimum et d’une réduction de la taxe salariale sur le travail
non qualifié, sous l’hypothèse que l’endettement gouvernemental domestique
exerce un effet éviction totale sur l’investissement privé. Nous avons montré
que les deux...
tracking img