"Comme on voit sur la branche..." introduction

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (418 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Comme on voit sur la branche…», Pierre de Ronsard, in Sur la mort de Marie, Les Amours de Marie, II,4,1578.

Pierre de Ronsard, né en 1524 dans une famille noble de Vendôme, près d’Orléans, setourne vers la poésie après avoir renoncé à une carrière militaire car il devient sourd. D’abord admirateur de Clément Marot, il fait la connaissance de Pelletier du Mans, Baïf, et Du Bellay, tousélèves de l’helléniste Dorat. Dans les années 1950,ils fondent la Pléiade, mouvement poétique qui regroupe sept poètes, prenant son nom d’une constellation de sept étoiles. Devenu très célèbre, il devientpoète officiel et écrit des œuvres majeures de la renaissance, très variées, souvent inspiré de l’antiquité Les Amours (1552), Hymnes (1555) Il meurt en 1578, et le public lui rend hommage lors d’unecérémonie officielle. Le poème 4 de la deuxième partie Les Amours de Marie, recueil publié en 1578, est un sonnet intitulé « Comme on voit sur la branche …».
Ce poème est dédié à une jeune paysanne queRonsard a aimé, Marie Dupin, de Bourgueil, décédé très jeune; Dans le même temps , ce poème fait référence à Marie de Clèves, la maitresse décédé d’Henri III, le roi ayant demandé a Ronsard un recueilde poème célébrant la mort de celle qu’il aimait. Ainsi, ce poème se teinte d’émotion.
C’est un sonnet constitué de deux phrases, la première occupant les trois premières strophes, la deuxièmeconstituant la dernière. En outre, ce sonnet est construit sur une comparaison qui se présente en deux volets: Les deux quatrains introduisent la rose (le comparant); Le premier tercet qui commence par« Ainsi » fait référence à la jeune femme (le comparé). Les deux quatrains sont donc consacrés à la vie et à la mort de la rose, le premier tercet à la vie et la mort de Marie le dernier tercet estl’offrande funèbre du poète. Ronsard fait donc référence à la mort de Marie tout en montrant que les hommes sont soumis aux mêmes lois que la nature.

LECTURE DU POEME

Nous nous demanderons donc...
tracking img