Commentaire adolphe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2142 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Méthodologie
Commentaire Composé sur Adolphe de Benjamin Constant,
p.154-155, Chapitre X.

Adolphe est un roman de Benjamin Constant, publié en 1814 il fut à l’origine de sa renommée durable en tant qu’écrivain de romans. Adolphe et à des œuvres posthumes qui nous font pénétrer, elles aussi, dans l’intimité des sentiments et de la vie de l’auteur: il apparaît comme une personnalité complexe,mais décevante, il a trouvé dans l’analyse de lui-même sa véritable vocation. Benjamin Constant naît à Lausanne en 1767, il reçoit une éducation européenne et très vite installe son avis de défenseur du libéralisme en politique. Il publie alors un grand nombre d’écrits politiques et des livres de philosophie relieuse, dont il tira toutes les ficelles dans ses romans classique. En effet, Adolpheest un livre classique aux envolées lyriques; Constant apporte sa touche de romantisme et affirme son côté maniaque de l’analyse du sentiment, qui sera implanté tout au long de ce livre.
Le texte à analyser est tiré du livre Adolphe, dans le chapitre X, le dernier. Le texte est composé de deux paragraphes où Benjamin constant éveille l’émotion en particulier dans cette scène, pour porter del’intérêt au personnage d’Adolphe, ce personnage intelligent, timide et à la fois irrésolu et ce passage de sa passion amoureuse envers Ellénore qui en devient mortel pour elle. Dans cet extrait, Adolphe a écrit à un ami de son père, le Baron de T*** qu’il était résolu à quitter Ellénore, mais les jours passent sans qu’il se décide à le lui déclarer à elle-même. Soudain Ellénore tombe malade, elle délire :c’est que M. de T***, pour brusquer les choses, lui a envoyé la lettre d’Adolphe. Le jeune homme tente par tous les moyens de s’expliquer avec son amante, celle-ci finit par le recevoir.
Dans un premier temps il sera question d’analyser le rôle du Baron dans ce passage, l’organisation de cette trahison, pour en venir dans un deuxième temps à la réaction d’Adolphe, ses remords et son incertitudeà savoir ce qu’il veut. Pour en finir avec la scène que lui fait Ellénore et cette fatalité de la fin du roman. Il s’agit dans cet extrait de connaître enfin la vérité sur la maladie de la souffrante, les causes et la réalité sur une fin proche du récit, de cet amour tortueux et de la femme, donc trois temps dans le récit.

Ainsi, lors de cette lecture, il est tout de suite facile d’essayer decomprendre le lien de la maladie d’Ellénore et la faute du baron de T***. Effectivement, dès les premières lignes, en ce début de paragraphe, Adolphe découvre deux lettres. Celles qui vont lui donner la cause du mal, il désigne d’ailleurs ce questionnement comme une « affreuse énigme » qu’il va résoudre en voyant que l’une des lettres est celle qu’il a envoyé au baron pour lui affirmer la finproche de sa liaison avec la femme de tous ses tourments. Pour l’autre lettre, le contenu n’est pas révélé, elle a juste été écrite par ce-dit Baron, Adolphe comprend la trahison, mais pour quelles raisons ? Est-ce une ruse de la part de cet homme par rapport à la liaison du jeune homme et Ellénore, afin de les faire rompre pour de bon, ou bien contre Adolphe. Il est difficile de croire après toutesles confidences qu’il lui a faites que le Baron aurait pu dévoiler cela pour lui faire du mal, mais il savait, connaissant Ellénore que s’il se servait de cette lettre, il connaitrait la réaction de celle-ci, donc mettre un terme à cette relation mais l’expression « l’œil indifférent de M. de T*** » signifie qu’il n’a pas fait cela dans son propre intérêt, mais pour celui du jeune homme.
Adolpheraconte par la suite ce qu’il a écrit dans cette lettre adressée au Baron de T***, « ses promesses de l’abandonner », on comprend l’effet dramatique de ce passage et la dégradation du personnage quant à ses actes. Dans l’expression « L’Œil indifférent de M. de T*** avait facilement démêlé dans ces protestations réitérées à chaque ligne […] les ruses de ma propre incertitude » Adolphe réagit,...
tracking img