Commentaire sur le personnage de dom juan de molière

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2422 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE PERSONNAGE DE DOM JUAN

Histoire d'un chevalier libertin qui défie les lois des hommes et celles de Dieu
Dans cet exposé, nous allons parler du personnage de Dom Juan. Tout d’abord, nous parlerons des origines du personnage de Dom Juan. Puis, dans un second temps, nous dresserons le portrait de Dom Juan et enfin, nous parlerons des adaptions de Dom Juan.

I. Les Origines Du Personnagea) Pourquoi Molière a-t-il écrit cette pièce

En 1664, Molière écrit Tartuffe, une comédie qui dénonce l'hypocrisie de certains dévots. Avant même d'être achevée, la pièce est attaquée et interdite. Après l’interdiction du Tartuffe, qui compromet les recettes de la troupe, Molière doit écrire rapidement une nouvelle pièce : sur un thème de l'auteur espagnol Tirso de Molina, il propose DomJuan. Dom Juan ou le Festin de pierre, représenté pour la première fois le 15 février 1665. La pièce, qui s’inscrit dans une tradition théâtrale et reprend une histoire populaire, joue sur des émotions fortes : l’insolence, l’étonnement et la peur. Le choix du thème n’est pas pour rien dans cette réussite. Il est à la mode, presque en voie d’épuisement. Molière reprend un motif déjà développé enEspagne par Tirso de Molina dans Le trompeur de Séville et le convié de pierre et auparavant en Italie dans plusieurs comédies sérieuses mêlées de bouffonneries. Les Festins de pierre représentés par les Italiens avec lesquels la troupe de Molière partage la salle du Petit Bourbon connaissent un franc succès : la pièce est jouée constamment entre 1653-1658. Molière est assuré de la popularité deson thème. Et il fait la part belle au spectacle, accorde un soin particulier aux décors, fait appel à des peintres, met en œuvre une machinerie complexe, pour le bonheur de l’œil et le plaisir de l’émotion. Pourtant, la beauté de l’artifice ne parvient pas à masquer l’audace du propos. Molière sauve cependant les apparences pour qu’on ne puisse le taxer d’immoralisme : le grand seigneur, athée desurcroît, est puni et le Ciel s’est vengé de son insolence. Mais la religion n’est pas sauve : l’athée ne se convertit pas et ne reconnaît ni la toute-puissance de Dieu et ni celle de la religion chrétienne. Sa mort n’est pas un renoncement au défi qu’il a lancé à la transcendance. Les représentations sont d’abord tolérées, mais la pièce disparaît de l’affiche après la clôture annuelle de Pâques1665 : il n’y a pas eu d’interdiction formelle, mais des pressions discrètes qui font comprendre à Molière de ne pas les reprendre. Dom Juan n’a jamais été rejoué, même en privé.

b) De qui Molière s’est-il inspiré pour faire ce personnage

Molière n’a pas inventé le personnage de Dom Juan ; pour le créer, il s’est inspiré de textes qui présentaient déjà ce type de héros.

* En EspagneTirso de Molina, moine espagnol, écrit en 1620 une pièce en trois actes Le Trompeur de Séville et le convive de pierre. Elle est éditée en1630. Dom Juan Tenorio y est un séducteur sans scrupules qui n’hésite pas à se faire passer pour un autre la nuit auprès des dames, à promettre le mariage ; il sépare les couples qui le croisent. L’épisode de la statue du Commandeur que Dom Juan a tué est lemême que chez Molière, sauf que le Commandeur est le père d’une fille séduite.
* En Italie
Le théâtre italien s’empare du thème et la commedia dell’ Arte s’en inspire dès 1630. Le rôle du valet, en l’occurrence Arlequin y est privilégié, ainsi que les bouffonneries ; il est fait mention du catalogue des conquêtes amoureuses de Dom Juan et, à la fin, le valet s’écrie : «Mes gages ! Mes gages !».* En France
En 1659, Dorimond publie une tragi-comédie en cinq actes, Le Festin de Pierre ou le Fils criminel ; de nouveaux éléments voient le jour : le comportement de mauvais fils de Dom Juan face à son père et le thème du déguisement. En 1660, Villiers écrit lui aussi une tragi-comédie en cinq actes avec exactement le même titre ; il ajoute la scène où Dom Juan courtise deux paysannes...
tracking img