Congres de vienne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 38 (9305 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Congrès de Vienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, rechercher
|[pic] |Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2008). |
| |Si vous connaissez le thème traité, merci d'indiquer les passages à sourcer avec {{Référence souhaitée}} ou, mieux, |
||incluez les références utiles en les liant aux notes de bas de page. (Modifier l'article) |

[pic]
[pic]
Le congrès de Vienne
(voir carte de l'Europe de Vienne)
Le congrès de Vienne est une conférence des représentants diplomatiques des grandes puissances européennes qui eut lieu à Vienne du 1er novembre 1814 au 9 juin 1815. Les pays vainqueurs de Napoléonadoptent le principe de rendre aux pays leurs frontières d'avant la Révolution française de 1789 sauf aménagements. Il fait suite au traité de Paris du 30 mai 1814. Le traité de Vienne permet également la discussion sur d'autres points comme la libre circulation navale, l'abolition de la traite des noirs (et non pas de l'esclavage), qui persiste cependant, et la mise en avant de la neutralité de laSuisse.
| |

[pic]Participants [modifier]

Toute l'Europe monarchique afflue à Vienne. Quinze membres de familles royales côtoient deux cents princes et deux cent seize chefs de missions diplomatiques. De nombreux groupes de pression sont également présents : les représentants des juifs d'Allemagne, les chevaliers de Malte, les abolitionnistes de la Traite des Noirs, sans compter les inventeursde recettes pour assurer la paix du monde. Beaucoup de congressistes n'en connaissent que la fête, car le « congrès s'amuse » dans des réceptions continuelles. Il n'y eut presque pas de séances plénières. Les discussions et les décisions se prennent ailleurs. Les quatre vainqueurs de Napoléon Ier (Autriche, Prusse, Royaume-Uni et Russie) avaient décidé de se réserver les « choses sérieuses ». LaFrance réussit à s'imposer et faire entrer trois autres pays européens (l'Espagne, le Portugal et la Suède).
Le congrès rassemble les grands diplomates de l'époque :
• Chancelier Metternich pour l'Empire d'Autriche ;
• Talleyrand pour la France ;
• Lord Castlereagh, puis le duc de Wellington, puis Lord Clancarty pour le Royaume-Uni ;
• le cardinal Consalvi, cardinal secrétaired'État, pour le pape Pie VII ;
• le prince Karl August von Hardenberg pour le royaume de Prusse ;
• le tsar Alexandre Ier de Russie et le comte de Nesselrode menant en personne la diplomatie russe
• Antoine Marie Philippe Asinari de Saint-Marsan pour le royaume de Sardaigne ;
• Anton Brignole Sale, pour la république de Gênes, annexée au royaume de Sardaigne.

Ambitions etmanœuvres des puissances européennes [modifier]

Le congrès de Vienne est le « champ de bataille » diplomatique où les puissances européennes tentent de satisfaire leurs ambitions tout en contrecarrant celles de leurs anciens alliés contre Napoléon Ier. Deux grands antagonismes se manifestent : celui de la Russie et du Royaume-Uni, celui de l'Autriche et de la Prusse. La France, alors vaincue,tente de retrouver une place de premier plan.
La Russie et la Prusse ont des visées expansionnistes tandis que le Royaume-Uni et l'Autriche cherchent la restauration de l'équilibre. Le rêve séculaire du gouvernement russe de se rapprocher de l'Europe occidentale, nécessite l'annexion d'une grande partie de la Pologne, au détriment du royaume de Prusse dans l'hypothèse où ce royaume ne parviendraitpas à annexer des territoires en Europe centrale. La Russie se verrait bien présider une fédération européenne et devenir de ce fait le géant européen. La Russie est tentée de démembrer l'empire ottoman afin de se rapprocher des détroits du Bosphore et des Dardanelles, solution qui offrirait l'accès à la Méditerranée, au grand dam de la marine britannique, maîtresse de cette mer. De plus les...
tracking img