Conte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2774 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Audrey LAMBERT
Soins Infirmiers
groupe 6928

Parties 2 et 3 du projet de l’entrevue



Parties 2 et 3 présentées à
Mme Véronique TASCHEREAU
Français FG propre tech.humaines et santé
Département de français

Cégep de Sherbrooke
30 septembre 2011

Partie 2 : L’entrevue
Depuis plusieurs années, on observe une augmentation du temps d’attente à l’urgence dans les hôpitauxainsi que dans les cliniques médicales. Ce phénomène est dû à une pénurie de personnel soignant qui devrait se résorber au cours des dix à quinze prochaines années, ce que nous espérons grandement pour le bien de la population. En effet, il n’est pas nouveau que le nombre d’infirmiers/infirmières est largement insuffisant par rapport au grand nombre de patients. Dans la suite du texte, ce métierreconnu sera expliqué et décrit à l’aide du point de vue d’une infirmière d’expérience qui la eu la gentillesse de m’accorder de son précieux temps sur son propre lieu de travail.

2.1. Description physique de la personne
Je suis allée rencontrer la personne concernée directement sur son lieu de travail, au CHUS de Fleurimont. À ma surprise, l’atmosphère était plutôt calme comparé àce à quoi je m’attentais. Les corridors n’étaient pas déserts, mais ils n’étaient pas achalandés non plus. À l’intérieur, l’hôpital était plutôt de couleur neutre et calme (une chance). Dans la section de la maternité, où l’entrevue allait se dérouler puisque c’est le domaine de l’interviewée, les murs des corridors variaient entre le beige foncé et pâle, le rose saumon et le bleu très pâle. Lorsde l’arrivée de Josée -l’interviewée-, elle m’a fait suivre dans une chambre d’accouchement (ou d’attente d’accouchement) afin de procéder à l’entrevue. La petite pièce bleutée (presque tout était bleu dans cette pièce, à l’exception du matériel et des meubles) était légèrement sombre tout en étant éclairée par la grande fenêtre qui s’y trouvait. Josée m’a dit de m’asseoir sur le sofa (assezconfortable en passant), et elle s’est assise sur le coin du large lit à son aise. On pouvait voir tout le matériel nécessaire aux interventions médicales et chirurgicales dans les tiroirs en plastique de plusieurs petits meubles de rangement. D’autre matériel était posé sur la table de lit ainsi que sur le meuble de rangement. J’aimais vraiment ça. Tout au long de l’entrevue, elle m’a semblé très àl’aise et passionnée. Elle adore son métier et cela transparaissait dans ses dires. Elle ajoutait beaucoup d’adjectifs significatifs et elle prenait soin de bien répondre et de développer à chaque question.
Parfois même elle ajoutait des anecdotes croustillantes de ce qu’elle avait vécu ou de ce qu’elle avait été témoin. Pendant qu’elle parlait, j’observais son habit tout en écoutant sa réponse.Il était bleu pâle, couleur unie comme les murs, et elle avait un pantalon et un chandail à manches courtes (pantalons et manches étaient de la même couleur). À ce petit « kit » s’ajoutait une paire d’espadrilles blanche uni. Rien n’avait de motifs; tout était parfaitement uni. Elle me faisait rire; on aurait dit un enfant qui parle de son jouet préféré tellement elle aimait ce qu’ellem’expliquait. Ses yeux bleus royal pétillaient, ce qui les faisait ressortir en même temps que ses cheveux blonds. On pouvait apercevoir une repousse grise en raison de son âge. Elle était très douce, explicite et descriptive. J’aimais le fait qu’elle n’était pas plus grande que moi, elle avait ma grandeur. Ma tante est une petite femme avec une grande gentillesse ainsi qu’une belle ouverture d’esprit.2.2. Description psychologique de la personne
Comme il a déjà été mentionné plus haut, Mme Lapointe est une passionnée de son métier. Elle prenait bien le temps de m’expliquer les choses. Il est évidant qu’elle se plaît à travailler au CHUS, en raison de son langage corporel; ses yeux pétillaient, elle ne cessait de sourire à la fin de chaque réponse et elle faisait...
tracking img